Palestine en Question

Blog dédié à la Palestine

Archives de Tag: Guerre contre Afghanistan

Femmes de Gaza – Femmes d'Afghanistan

La vie et la résistance, sous occupation israélienne, des femmes de Gaza… qui n’intéressent pas les féministes franco-françaises : Femmes de Gaza, Info-PalestineTanya Habjouqa.

La vie et la résistance, sous occupation internationale, des femmes d’Afghanistan… qui n’intéressent pas les féministes franco-françaises : Afghan women under the tyranny of the brutal fundamentalists, RAWA.

16/07/2011
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
Chronique Colonisation de la Palestine 2011, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Résistance à la colonisation de la Palestine, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Mariam ABOU ZAHAB, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Kathy GANNON, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Malalaï JOYA, Monde en Question.

Publicités

Guerres : Afghanistan, Irak, Iran… Palestine/Israël

Irak, Afghanistan : comment penser la guerre de demain ?, Rue89

L’Irak et l’Afghanistan sont-ils en train de devenir le modèle des guerres de demain ? Pour clore notre semaine, « Demain, la guerre… » en partenariat avec France Culture, revenons sur ces deux conflits. En particulier sur la manière dont ils ont renouvelé la doctrine des armées occidentales. Où l’on voit ressurgir les enseignements de la guerre d’Algérie… 

Commentaires : Plusieurs vidéos intéressantes, notamment celle du général Massu.

Chronologie de la guerre en Irak depuis le 1er mai 2003, NouvelObs

Védrine : les derniers néo-cons sont-ils à Paris ?, Rue89

Hubert Védrine, l’ancien ministre socialiste des Affaires étrangères, a lancé une pique ironique à son lointain successeur Bernard Kouchner, qui avait mis en garde les Etats-Unis contre un dialogue direct avec l’Iran. 

« Ça m’a fait rire de lire que Bernard Kouchner était allé faire une conférence à Washington pour mettre en garde les Etats-Unis contre le risque de parler à l’Iran. Faudrait pas qu’on soit les derniers néo-conservateurs du système. Il faudrait peut-être se projeter dans une autre politique: parler à l’Iran n’est pas plus absurde que de parler à l’URSS à l’époque où celle-ci menaçait l’Occident de l’annihiler »

Commentaires : Toutes les vidéos de l’interview.

DAVIES Chris, Quand l’Europe a été occupée, elle a résisté, ISM

L’agression contre Chris Davies, le porte-parole sur l’environnement du parti démocrate-libéral anglais et membre de la délégation parlementaire de l’Union Européenne (UE) au Conseil Législatif Palestinien (CLP), a envoyé un message politique très fort au Parlement Européen. 

Davies a été agressé alors qu’il prenait part, avec plusieurs Israéliens, Palestiniens et étrangers à une manifestation de protestation contre le Mur de séparation qui sépare les agriculteurs palestiniens de leurs terres dans le village cisjordanien de Bi’ilin.

Davies critique la partialité des États-Unis envers Israël et remet en question la politique de l’Union Européenne concernant le Hamas.

Haniyeh : Nous accepterons Israël dans les frontières de 1967, ContreInfo

Le dirigeant du Hamas dans la bande de Gaza, Ismail Haniyeh, a déclaré hier que son gouvernement était disposé à accepter un Etat palestinien aux côtés d’Israël dans les frontières de 1967. 

Il s’exprimait lors d’une rencontre avec 11 parlementaires européens qui étaient partis de Chypre pour la bande de Gaza afin de protester contre le blocus maritime du territoire imposé par Israël. Haniyeh a déclaré à ses hôtes qu’Israël avait rejeté son initiative.

Maudite soit la guerre

Revue de presse française, NouvelObs

MIDI LIBRE
Objet de la guerre de tranchée verbale : le nombre trop important (12) de commémorations. Excès de « communautarisme », multiplication des journées de repentance pour « satisfaire des groupes de victime » pour les uns et « concurrence néfaste des mémoires » pour les autres. Pas de drapeau blanc sur le front des petites phrases. Initier le débat, susciter la réflexion avec des morts tombés pour la France réduirait à donner des échelles de valeurs inacceptables. La mémoire d’un poilu vaut-elle davantage que celle d’un Français pris dans le piège indochinois ? Les familles qui se souviennent de Diên Biên Phu tous les 8 juin le penseront. Les Harkis aussi le 25 septembre. Et les rapatriés également le 5 décembre. Pour eux, il n’y a pas de petite guerre, ni de grande guerre. Il y a des morts. Revenir en arrière et caler nos commémorations sur trois dates comme le préconise le rapport de l’historien André Kaspi apparaît désormais inconcevable. Politiquement trop dangereux.

Yahoo! Actualités :
Première Guerre mondiale
Afghanistan
Irak
Israël-Palestine

Que maudite soit la guerre
Monument aux morts d’Equeurdreville (Manche)

La Bataille socialiste

20 avril 1915 : les “fusillés pour l’exemple” étaient des ouvriers maçons de la CGT, Libération

Les fusillés pour l’exemple de Flirey s’ajoutent à ceux de Vingré, Fontenoy, Fleury, Mouilly, Montauville… En quatre ans, 2.400 poilus auront été condamnés à mort et 600 exécutés, les autres voyant leur peine commuée en travaux forcés.

11 novembre : le sacrifice oublié des « poilus d’Orient », Le Courrier des Balkans

Alors que les commémorations des 90 ans de l’armistice de la Première Guerre mondiale battent leur plein en Europe, tout le monde semble avoir oublié l’histoire et le sacrifice des « poilus d’Orient ». En septembre 1918, alors qu’à l’Ouest on s’épuise dans d’inutiles sacrifices, les forces françaises et serbes enfoncent le front de Salonique et défont les armées bulgare, turque, autrichienne et hongroise. Retour sur l’histoire peu connue de l’armée d’Orient, surnommée avec mépris celle des « Jardiniers de Salonique ».

Le champ de bataille des historiens, La vie des idées

Quatre-vingt-dix ans après, que dire de neuf sur la Grande Guerre ? Jean-Yves Le Naour revient sur les conflits d’interprétation qui divisent les historiens. Consentement ou contrainte, culture ou pratiques, histoire ou mémoire : la guerre de 14-18 est loin d’être terminée !

La Guerre 14-18 : La couleur des larmes – Les peintres devant la Première Guerre mondiale, Art

La Grande Guerre a duré quatre ans. Elle a provoqué la mort de huit millions d’hommes. Elle a déterminé l’effondrement de trois empires, à Berlin, à Vienne et à Moscou. Elle a ruiné des provinces sur les fronts occidental et oriental. Elle a été la première guerre industrielle, celle des inventions techniques incessantes, des productions massives, des mobilisations générales de toutes les ressources humaines, économiques, mécaniques. Ses victimes étaient de toutes nationalités et de toutes origines, d’Europe, d’Amérique du Nord, des nations du Commonwealth et des peuples colonisés, en Inde, en Indochine, en Afrique. Elle s’est faite partout, sur terre et sous terre, sur l’eau et sous l’eau, dans les airs. Elle s’est faite par tous les moyens, des charges de cavalerie aux corps à corps des tranchées, des bombardements aux chars d’assaut, des gaz au phosphore. Le guerrier n’y a plus guère été que le serviteur et la victime de la machine.

Nouvel album de Jean-Pierre Gibrat sur la guerre de 14-18, Bakchich

Le dessinateur Jean-Pierre Gibrat fête à sa manière les 90 ans de la guerre de 14-18 avec un album saisissant, « Mattéo ». Une nouvelle série sur les conflits du XXème siècle.

KOSSYREV Dmitri, L’Armistice de 1918 comme prémisse de la Seconde Guerre mondiale, RIA Novosti

C’est qu’à l’heure actuelle, les principales puissances mondiales font précisément ce qu’elles ont fait après 1918. Elles sont en train de créer un nouveau système global de gestion des relations internationales. Il est clair que les années qui ont suivi l’année 1991 étaient du temps perdu. Si à l’époque de la guerre froide, la gestion du monde était plus ou moins contrôlée (grâce à la peur ainsi qu’aux accords entre les Etats-Unis et l’URSS qui étaient respectés), aujourd’hui, il semble être complètement chaotique, et les Nations unies n’y peuvent rien. En voici seulement deux exemples. Les Américains ont formé les Talibans pour qu’ils affaiblissent l’URSS en Afghanistan. Par la suite, les Talibans ont retourné leur colère contre leurs anciens maîtres, ce qui s’est achevé par le 11 septembre 2001. Dans le même objectif, les Américains ont préparé le régime de Saakachvili en Géorgie, mais ce dernier leur a joué un sale tour en attaquant l’Ossétie du Sud les 7 et 8 août dernier. Dans les deux cas, les deux grandes puissances étaient incapables de faire quoi que ce soit pour remédier à ce genre de situation.

Retrait d’Irak : Washington capitule, Cyberpresse

Dans les jours qui ont suivi les élections du 4 novembre, les États-Unis ont perdu la guerre d’Irak.
La défaite n’est pas militaire, elle est politique : face au durcissement du premier ministre Nouri al-Maliki, Washington a dû accepter de retirer toutes ses troupes d’Irak en 2011, de les voir tomber sous les lois irakiennes, et de n’y laisser aucune force après 2011, même pas pour former les Irakiens.

Irak, Afghanistan, Pakistan, Iran, Palestine/Israël…

Afghanistan, Irak, Iran… Des défis d’une ampleur inédite attendent Obama, AFP – Yahoo! Actualités

Guerres en Irak et en Afghanistan, Pakistan instable, Iran menaçant… Barack Obama va hériter à la Maison Blanche d’une série de défis internationaux d’une ampleur inédite pour un nouveau président, qu’il compte gérer en se démarquant de son impopulaire prédécesseur. 

Obama et le général Petraeus le 21 juillet 2008 à Bagdad

Source : Yahoo! Actualités

Le président iranien Ahmadinejad félicite Obama pour sa victoire, AFP – Yahoo! Actualités

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a félicité jeudi Barack Obama pour son élection à la présidence des Etats-Unis, mais en lui demandant un changement radical de la politique des Etats-Unis, a rapporté l’agence de presse officielle Irna. 

Tzipi Livni met en garde Barack Obama contre des négociations avec l’Iran, AFP – Yahoo! Actualités

La ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Livni a déclaré jeudi que Barack Obama ne devrait pas ouvrir des négociations avec l’Iran dans l’immédiat, estimant que cette volonté de dialogue pourrait être interprétée par le régime de Mahmoud Ahmadinejad comme un signe de « faiblesse ». 

Rice de nouveau au Proche-Orient avant de léguer le dossier à Obama, AFP – Yahoo! Actualités

La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice a admis implicitement jeudi l’impossibilité d’un accord de paix entre Israël et les Palestiniens en 2008, appelant à consigner les progrès accomplis avant de léguer le dossier à l’administration de Barack Obama. 

Moscou – Washington : vers une épreuve de force ?, RFI

C’est une véritable salve d’artillerie qui a salué, à Moscou, l’élection de Barack Obama. Mais le but n’était pas vraiment de le féliciter. Dans son discours à la nation, Dmitri Medvedev a tiré contre les Etats-Unis avec une intention manifeste d’avertir, voire de causer des dégâts. 

[…]
Le ton est donné. Qu’est-ce qu’il signifie ?
[…]
Il s’agit sans doute d’au moins trois objectifs. Le premier, à court terme, paraît très direct et immédiat : intimider les alliés des Américains dans le voisinage de la Russie et les décourager de faire de nouvelles concessions à Washington dans le domaine militaire.
[…]
Le deuxième objectif – tactique, à moyen terme – découle d’un constat, bien exprimé dans le quotidien Viedomosti par un autre spécialiste, Boris Chmielov : « La Russie ne croit pas en l’avenir de relations russo-américaines et estime que la nouvelle administration continuera la ligne de celle de George W.Bush, visant à déployer des éléments du bouclier antimissile en Pologne et en République tchèque ».
[…]
Le troisième objectif est stratégique et vise le long terme. Il découle du regard que la Russie porte sur la situation globale dans le monde. Qu’est-ce que l’on voit de Moscou, en termes de rapports de forces ? Eh bien, les Russes voient d’abord que les Etats-Unis sont très affaiblis par la crise financière, par les interventions en Irak et en Afghanistan et par la période transitoire au sommet de l’Etat. Les spécialistes moscovites risquent de l’analyser très froidement. Pour eux, cet affaiblissement constitue un cadeau inespéré à tous ceux qui rêvent de priver l’Amérique de son leadership dans le monde.

Projet de déploiement de missiles Iskander : Medvedev met Obama à l’épreuve, RIA Novosti

En évoquant la possibilité de déployer des missiles Iskander dans l’ouest du pays, le président russe Dmitri Medvedev a sans doute décidé de mettre son homologue américain Barack Obama à l’épreuve, estime l’analyste politique grec Constantinos Filis, directeur du centre Russie-Eurasie à Athènes. 

[…]

« Tout président doit savoir adopter une attitude réaliste envers les problèmes qui se posent. Les Etats-Unis mènent actuellement une campagne militaire en Afghanistan et ils n’ont pas d’interlocuteur valable au Pakistan. Ils sont également obligés de tenir compte de l’Iran avec son programme nucléaire et son influence grandissante au Proche-Orient. Enfin, l’Irak où il faudra définir les conditions et les délais de retrait des troupes américaines », a affirmé M. Filis.

Sous Obama, Washington aura un besoin accru de coopération avec Pékin, AFP – Yahoo! Actualitése

La relation entre Washington et Pékin, après le triomphe de Barack Obama, devrait être relativement sereine au moment où Washington aura un besoin accru d’une coopération, notamment sur le front économique, avec une Chine de plus en plus puissante, estiment des experts. 

La Chine prête à oeuvrer avec les Etats-Unis au renforcement de leurs relations bilatérales, Xinhua – Le Quotidien du Peuple

« La Chine est prête à travailler avec les Etats-Unis, pour renforcer encore davantage le dialogue, les échanges et la coopération dans tous les domaines et approfondir la compréhension mutuelle et la confiance réciproque sur la base des trois Communiqués conjoints sino-américains. Ceci, pour bâtir les relations constructives et une meilleure coopération dont profiteront nos deux pays et le reste du monde, » a ajouté le porte-parole [Qin Gang]. 

L’élection d’Obama vue par la presse kényane, NouvelObs
L’élection d’Obama vue par la presse du Proche-Orient, NouvelObs
L’élection d’Obama vue par la presse russe, NouvelObs
L’élection d’Obama vue par la presse allemande, NouvelObs
L’élection d’Obama vue par la presse britannique, NouvelObs
L’élection d’Obama vue par la presse japonaise, NouvelObs
L’élection d’Obama vue par la presse française, NouvelObs

Obama : les cinq raisons de la victoire, Boulevard Exterieur

Aux Etats-Unis, les urnes ont produit un tournant historique. C’est la fin de 232 années de gouvernement par les Blancs, 24 années de domination des idées conservatrices (y compris sous Bill Clinton) et 25 années de prospérité pratiquement ininterrompue. Au-delà de la personnalité et du charisme de Barack Obama, cinq raisons expliquent son succès.
• Le ’’facteur Bush’’
• La crise du conservatisme
• La guerre en Irak
• La crise économique
• Le facteur McCain 

Les hommes de Barack Obama, RFIDiaporama L’Express

Ce trio est composé de John Podesta, ancien secrétaire général de la Maison Blanche entre 1998 et 2001, à l’époque de Bill Clinton. John Podesta dirige aujourd’hui un centre de réflexion, de centre gauche. Autres nominations, celle de Valérie Jarrett, une proche du président élu et Peter Rouse, qui était le chef de cabinet d’Obama au Sénat. 

Un israélien à un poste-clé dans la future équipe d’Obama, Info-Palestine

Apparemment, le futur président compte bien s’entourer des anciens de l’ère Clinton mais aussi de républicains.Premier nom à être annoncé : celui de Rahm Emanuel. Un israélien d’origine.
[…]
Le quotidien israélien Yediot Aharonot rapporte d’un des proches de Rham, que ce dernier n’aurait pas accepté ce poste, s’il n’était pas convaincu qu’Obama est l’homme d’Israël. Tandis que le quotidien Maariv révèle que le futur secrétaire générale du président Obama s’était porté bénévole pour combattre avec l’armée israélienne sur le front nord d’Israël au cours de la première guerre du Golfe. 

 
Lire aussi : Bruits de cabinet, Dedefensa.

L’enthousiasme fou du désespoir, Dedefensa

L’enthousiasme a déferlé sur les USA avec l’élection d’Obama, après être monté dans les derniers jours de la campagne. Cet enthousiasme est nettement marqué d’affectivité et d’émotivité et caractérise une montée, – ou bien certains pourrait suggérer une plongée comme dans une ivresse, après tout, – dans une représentation idéale de l’homme (Obama), de la situation et des possibilités de cette situation. 

[…]

Contrairement à la description lyrique, mais justifiée pour le domaine psychologique, qu’Engelhardt fait de la campagne, cette campagne n’a pas eu lieu. Entendons-nous: la tension de cette campagne qui explose avec l’élection d’Obama était ailleurs pendant une phase importante en durée et en intensité de cette campagne. Du 15 septembre au 20 octobre (cette dernière date approximative, pour fixer les idées), cette tension était réservée à la “terreur” soudaine éprouvée par les citoyens, électeurs et consommateurs, devant la crise financière et ce que cette crise amenait de déstabilisation au terme d’une période très déstabilisée elle-même. La dernière séquence (disons 20-octobre-4 novembre) a vu un formidable transfert de cette tension, et sa couleur est passée de la terreur et du désespoir à l’exubérance et à l’enthousiasme. Ce transfert d’un extrême à l’autre a été vécu comme un intense soulagement. Ainsi sommes-nous passés, en un laps de temps incroyablement court, de la réalité (le crise, la déstructuration) à laquelle est confrontée l’affirmation originelle de l’Amérique à cette affirmation originelle réaffirmée avec tous les moyens formidables de la communication, avec toute la puissance d’une psychologie collective s’appréciant soudain comme libérée du carcan de la crise.

[…]

Obama a été élu comme un outil, un instrument de réaffirmation désespérée de l’Amérique originelle, encore plus que comme un symbole. Il a peut-être été plus manipulé par les événements qu’il ne les a manipulés, – nous dirions même “sans doute”, sinon “sans aucun doute”. C’est une ambiguïté grosse d’évaluations erronées. Notre sentiment est qu’Obama sera accaparé bien plus qu’on ne croit par la situation intérieure des USA, à commencer par leur situation psychologique. Jamais la psychologie n’a été autant celle des extrêmes, jamais l’enthousiasme n’a été plus proche du désespoir, pour en être né avec une gestation comptée en jours, par conséquent menacé d’y retomber aussitôt.

Obama : Une Amérique post-raciale ?, Cri du Peuple 1871

Avant même d’avoir pris la moindre initiative, Barack Obama est assuré de laisser son nom dans les livres d’histoire comme l’homme qui a fait sauter, 143 ans après l’abolition de l’esclavage, la dernière chaîne qui limitait encore, symboliquement du moins, la progression des Américains de couleur. Le 20 janvier prochain, il entrera en maître des lieux dans une Maison-Blanche où la présence du dirigeant noir Booker T.Washington, invité par le président (républicain) Theodore Roosevelt, avait fait scandale, il y a un siècle. Le 4 novembre 2008 restera assurément comme la troisième grande date de l’histoire de l’intégration des Africains Américains, après le 22 septembre 1862 et la signature de la Proclamation d’Émancipation par Abraham Lincoln, et le 28 août 1963 et la marche pour les Droits civiques durant laquelle Martin Luther King a proclamé son « rêve ». 

Les fronts de la guerre

La crise financière mondiale est en train de provoquer un exode sans précédant des Mexicains qui travaillaient aux Etats-Unis et qui retournent chez eux. Depuis août dernier 150 000 Mexicains sont déjà revenus au pays ce qui inquiète terriblement le gouvernement qui ne sait que faire de cette main d’œuvre en pleine récession économique.
RFI

L’engagement des Etats-Unis en Afghanistan et en Irak génère de l’activité économique. Les dépenses liées au militaire ont progressé de 5,8%, apportant 1,15 point à la croissance.
Le Temps

Le général américain David Petraeus, crédité des progrès réalisés en Irak, s’est vu confier vendredi le commandement chargé de superviser de concert les guerres en Irak et en Afghanistan.
RTL

Présent à la cérémonie, le secrétaire à la Défense, Robert Gates, a salué en Petraeus « l’homme qu’il faut en ce moment à ce poste ».
« Sous son commandement, nos soldats ont porté des coups terribles à nos ennemis en Irak. Maintenant, nous allons nous occuper de nos adversaires en Afghanistan », a-t-il ajouté.
Reuters – Yahoo! Actualités

Le 30 septembre 2008, The Army Times révélait que la 1ère brigade de combat de la 3ème division d’infanterie US avait été rapatriée d’Irak et affectée au maintien de l’ordre intérieur aux États-Unis. Devant le tollé général, le journal a publié un démenti de son propre article.
Voltaire

Le monde vote Obama ! déclarait il y a quelques semaines un grand quotidien international. Le même monde qui dans sa majorité est analphabète, illettré et perdu dans les fouillis du zapping politique. Ce monde-là, sans s’en rendre compte, se cherche des héros, des idoles pour croire en quelque chose et fuir la misère de son quotidien. Le brouhaha autour de cette élection est affligeant surtout qu’à côté les souffrances des marginaux sociaux sont toujours sévères, mais restent inaudibles. On parle trois secondes du tremblement de terre au Pakistan avec ses centaines de morts, on passe furtivement sur les atrocités au Congo, l’euphorie atteint des sommets vertigineux, ainsi que les donations massives en direction de deux candidats, qui seront élus pour renforcer l’impérialisme américain, sont de plus en plus importantes. Le changement a un prix, il faut donc se serrer la ceinture et vider son épargne pour envoyer son champion s’asseoir dans un siège appartenant à l’establishment. Le plus dramatique dans cette histoire c’est que tout ce carnaval traduit au fond l’état de ce monde définitivement atteint d’une sorte d’ivresse du désespoir.
AgoraVox

Les énormes réserves en dollars dans le Golfe et en Chine pourraient être utilisées pour renflouer le front est européen et dans d’autres pays émergents qui sont devenus dépendants de leur dette extérieure durant la dernière décennie.
Mais cet argent ne sera pas accordé sans contreparties. Les nouveaux contributeurs voudront disposer d’une voix au chapitre au sein de l’institution. Le FMI était un club composé des Américains, des Européens et des Japonais. Mais les réserves de dollar se trouvent aujourd’hui dans les États pétroliers et en Chine, et désormais ils s’attendent à obtenir plus de poids dans la gestion de l’économie mondiale.
ContreInfo

Le premier ministre chinois a déclaré que la Russie et la Chine pourraient lutter contre la crise financière mondiale en conjuguant leurs efforts. Vladimir Poutine a invité, pour sa part, à renoncer au dollar dans les transactions commerciales entre les deux pays.
Cette idée ne date pas d’hier. Un accord « cadre » à ce sujet était déjà intervenu entre la Russie et la Chine fin novembre 2007. […] Au premier semestre de cette année, ce fut au tour du président iranien Mahmoud Ahmadinejad et de son homologue vénézuélien Hugo Chavez de partir en guerre contre le dollar, en invitant leurs partenaires au sein du cartel pétrolier à renoncer à la monnaie américaine dans le commerce du pétrole, affirmant que le billet vert était en bout de course et que l’heure était venue de songer à une monnaie plus stable et prévisible.
RIA Novosti

La forte hausse des taux décidée par la Hongrie pourrait enclencher un processus où, en tentant de rivaliser en ordre dispersé pour attirer les capitaux, l’ensemble des pays de l’Europe de l’Est aggraveraient la récession. Avec des ratios d’endettement à court terme qui dépassent pour certaines nations les 50% du PIB, le risque d’hécatombe est bien réel.
ContreInfo

Les Israéliens se trouvent enfermés dans un cercle vicieux: des dirigeants prêts à tels ou tels compromis, mais n’ayant aucune chance de faire adopter leurs promesses par la Knesset sont remplacés par d’autres, plus réservés au cours des négociations, mais qui, en fin de compte, cédant à la pression des circonstances ou des Etats-Unis (le plus souvent), en arrivent à la nécessité de rechercher des compromis. Le nouveau leader israélien parviendra-t-il à rompre ce cercle vicieux? Personne ne le sait vraiment.
RIA Novosti

Où est la gauche ? L’officielle, celle qui a accompagné le libéralisme, déréglementé la finance pendant la présidence du démocrate William Clinton, désindexé les salaires avec François Mitterrand avant de privatiser avec MM. Lionel Jospin et Dominique Strauss-Kahn, taillé à la hache dans les allocations versées aux chômeurs avec M. Gerhard Schröder, n’a à l’évidence d’autre ambition que de tourner au plus vite la page d’une « crise » dont elle est coresponsable.
Le Monde diplomatique

Guerres au quotidien

RAYMOND Paul, La guerre des colons contre Israël, ISM

Aucune fête religieuse à Jérusalem ne serait complète sans un incident politique controversé et, cette année, le Yom Kippour ne fait pas exception. Un groupe de près d’une centaine d’extrémistes radicaux de Droite ont forcé leur chemin jusqu’à la place du Dôme du Rocher, l’un des sites les plus sacrés de l’islam. Entrer dans l’enceinte le jour du Yom Kippour est une manière symbolique de revendiquer la souveraineté juive sur le site que beaucoup considèrent comme l’emplacement du Second Temple, détruit par les Romains en l’an 70.

KOSSYREV Dmitri, Conflit caucasien : le dialogue est déjà un succès, RIA Novosti

Tout le monde veut faire étalage de ses propres succès devant les électeurs. Et tout le monde – au stade actuel – juge impossible de faire des compromis ou de montrer une quelconque faiblesse. Mais essayons d’analyser qui a eu besoin d’organiser des discussions internationales sur la situation en Ossétie du Sud et en Abkhazie et pourquoi.

SCALEA Daniele, La guerre pour l’Ossétie du Sud, Tlaxcala

La Géorgie a fait partie de la Russie jusqu’en 1991 où, renaissant des cendres de l’Union Soviétique, elle est devenue une nation indépendante. A l’origine, dans cette zone du Caucase occidental, différents pays coexistaient, dont le plus important était le Royaume de Colchide donnant sur la mer Noire et bien connu des Grecs anciens : en effet, selon la mythologie, c’est ici que Jason et les Argonautes trouvèrent la Toison d’or avec l’aide de Médée, princesse du pays.

Revue de presse européenne, euro|topics

La situation des Européens en Afghanistan s’aggrave constamment. Lundi, la britannique Gayle Williams qui travaillait pour l’organisation humanitaire Serve Afghanistan a été assassinée par les talibans. Le même jour, des soldats allemands de l’OTAN ont perdu la vie dans un attentat suicide. La presse se demande quelle suite donner à la présence européenne dans l’Hindou Kouch.