Palestine en Question

Blog dédié à la Palestine

Archives de Tag: Films

Libres dans la prison de Gaza

Fin 2011, 1028 prisonniers palestiniens ont été relâchés en échange du soldat israélien Gilad Shalit. Nous avons voulu donner un visage à ces résistants, inconnus dans le monde. Pour les rencontrer, nous avons dû passer par un des tunnels à Rafah. Les ex-prisonniers nous ont raconté leur vie en prison : l’interrogatoire, l’isolement, le manque de soins médicaux, la brutalité des geôliers, l’interdiction de visites familiales, les grèves de la faim et aussi la joie de la libération.


Film de Chris DEN HOND et Mireille COURT
Source : Assawra

Lire aussi :
Revue de presse Palestine colonisée 2012, Monde en Question.
Dossier documentaire Résistance à la colonisation de la Palestine,

Réfugiés palestiniens

Un reportage dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban.
Dix millions de Palestiniens. Presque cinq millions sont des réfugiés. Et la moitié vit toujours dans les camps. C’est au Liban que les réfugiés palestiniens survivent dans les pires conditions.

Disponible en DVD :
Librairie Résistances 4, Villa Compoint, 75017 Paris. TEL : 0033 142288952.
Librairie La Brèche 27, rue Taine 75012 Paris. TEL : 0033 149285244

Agence Médias PalestineInfo-Palestine

Lire aussi :
• Films, Agence Médias PalestinePalestine en Question.
Dossier documentaire Résistance à la colonisation de la Palestine, Monde en Question.

Massaker – Sabra et Chatila par ses bourreaux

Du 16 au 18 septembre 1982, pendant deux nuits et trois jours, Sabra et Chatila, chef-lieu de la présence palestinienne civile, politique et militaire au Liban est mis à feu et à sang.
Vingt ans plus tard, six participants à ce massacre qui a choqué l’opinion publique mondiale racontent pour la première fois leurs excès meurtriers et barbares.
Ni parodie de tribunal, ni séance de thérapie, Massaker laisse parler des tueurs pour ouvrir, au-delà de ce massacre, une réflexion sur la violence collective.
Documentaire de Monika BORGMANN, 2004, AlloCinéTélécharger.

Critiques :
• Paroles de bourreaux, AFPS, 18/08/2005.
• Alain GRESH, Retour sur Sabra et Chatila, Le Monde diplomatique, Octobre 2005.
• Massaker, Critikat, 22/02/2006.
• Jean-Paul MARI, Sabra et Chatila : les tueurs parlent, Grands Reporters, 22/03/2006.
• Sabra-Chatila : In Memoriam, René Naba, 17/09/2008.

Lire aussi :
• Pierre PÉAN, Sabra et Chatila, retour sur un massacre, Le Monde diplomatique, Septembre 2002.
• Alain GRESH et Dominique VIDAL, Sabra et Chatila (massacres de), Le Monde diplomatique, Septembre 2002.
• La malédiction de Sabra-Chatila, René Naba, 13/09/2008.
• Franklin LAMB, 28 ans après le massacre de Sabra et Chatila : l’histoire de Mounir, Le Grand Soir, 12/09/2010.
• Viviane LAFONT, Il y a trente ans, été 1982 : l’invasion du Liban par Israël, Lutte Ouvrière, 24/08/2012.
• Sabra and Chatila : les coupables ont échappé à la justice, Info-Palestine, 16/09/2012.
• Sabra et Chatila, un massacre qui aurait pu être évité, L’Orient Le Jour, 18/09/2012.
• Dominique VIDAL, Il y a trente ans, Sabra et Chatila, AFPS, 18/09/2012.
• Kharroubi HABIB, Afin que nul n’oublie, Le Quotidien d’Oran, 19/09/2012.
• Massacre de Sabra et Chatila, Wikipédia.

Plomb durci

Mardi 11 mai 2010 à 16h00 à l’Action Christine (Paris 6ème)
Documentaire sur l’offensive israélienne dans la bande de Gaza
Stefano SAVONA, Piombo fuso, 2009 [IMDbMondialisation].

Lire aussi :
Chronique Colonisation de la Palestine 2008 Monde en Question.
Chronique Colonisation de la Palestine 2009 Monde en Question.

Jaffa, symbole de la colonisation sioniste

Les oranges de Jaffa ont longtemps évoqué les champs ensoleillés de l’Orient et les orangeraies à perte de vue de la Méditerranée. Dans les années 20, elles furent utilisées à des fins de propagande par les institutions sionistes. On sait en revanche moins que l’ancienne ville arabe de Jaffa, devenue un quartier de Tel Aviv, était l’un des grands ports exportateurs d’oranges. A la fin du XIXe siècle, plusieurs vagues d’immigration juive en provenance d’Europe arrivent en Palestine, terre majoritairement arabe. La culture des agrumes va passer successivement de la propriété des Palestiniens à celle des cultivateurs arabes et juifs, pour devenir, dès 1948, un monopole israélien.

L’Israélien Eyal Sivan, réalisateur de l’un des films incontournables sur le Proche-Orient, Route 181, sonde l’histoire extirpée de la mémoire de son pays et donne la parole à de nombreux interlocuteurs, palestiniens et israéliens, historiens, écrivains, chercheurs, ouvriers… Leurs témoignages étonnants s’articulent autour de riches fonds d’archives, de photos, peintures, vidéo… Des premières photos de 1839 aux films de 1948, nous découvrons d’abord que, dans les années 1920, Arabes et Juifs cultivaient ensemble le fameux agrume. Jusqu’à ce que se mette en place le discours de la « terre arabe mal exploitée et peu fertile », et que l’orange, devenue monopole israélien en 1948, devienne le symbole du nouvel État.

Eyal SIVAN, Jaffa, la mécanique de l’orange, 2009.

Le 28/03/2010 à 21H30 sur France 5.
Le 02/04/2010 à 23h50 sur France 5.

Eyal Sivan est un producteur, réalisateur, essayiste et scénariste israélien. Anti-sioniste, il participe à la campagne de Boycott, désinvestissement et sanctions [Global BDS Movement].

Vous me demandez si je suis antisioniste. Je peux répondre que oui. J’ai été élevé dans une famille sioniste de gauche. Je me suis d’abord défini comme a-sioniste. Je suis né en Israël et je ne m’identifie pas par rapport au sionisme. Plus tard, j’ai compris le piège de ce terme d’a-sioniste : ça voudrait dire que ça ne m’intéresse pas. Ce n’est pas vrai. Je suis anti-sioniste parce que je trouve que le sionisme est une idéologie qui croit résoudre les rapports entre les hommes. Je pense que le sionisme est en train d’enterrer l’État d’Israël et tout le Proche-Orient dans une vraie catastrophe.
Momento !

Lire aussi :
AlloCiné
Les blogs du Diplo
Les Inrocks
Politis
Télérama
Yahoo! Télé
UJFP
• SANBAR Elias, Palestiniens – La photographie d’une terre et de son peuple de 1839 à nos jours, Hazan, 2004.
Dossier Eyal SIVAN.
Dossier documentaire & Bibliographie Résistance à la colonisation de la Palestine, Monde en Question.

Palestine, chronique d’une présence-absence

Le Temps qu’il reste est un film en partie autobiographique, construit en quatre épisodes marquants de la vie d’une famille, ma famille, de 1948 au temps récent.

Ce film est inspiré des carnets personnels de mon père, et commence lorsque celui-ci était un combattant résistant en 1948, et aussi des lettres de ma mère aux membres de sa famille qui furent forcés de quitter le pays.

Mêlant mes souvenirs intimes d’eux et avec eux, le film dresse le portrait de la vie quotidienne de ces palestiniens qui sont restés sur leurs terres natales et ont été étiquetés « Arabes-Israéliens« , vivant comme une minorité dans leur propre pays.

Lire aussi :
• Le Temps qu’il reste, AlloCiné.
• Le Temps qu’il reste, d’Elia Suleiman, en compétition à Cannes, AFPS.
• Le Temps qu’il reste, Arte.
• Le Temps qu’il reste : Kafka à Nazareth, Bakchich.
• Le Temps qu’il reste, Cinéma Utopia Toulouse.
• Le Temps qu’il reste, réalisé par Elia Suleiman, Critikat.
• Le Temps qu’il reste, un film poignant sur la Palestine, La Tribune.
• Le Temps qu’il reste : Etre drôle et facétieux sur fond de tristesse infinie, Le Monde.
• Elia Suleiman : « Il m’a fallu ajuster le film à la personne que j’étais devenue », Le Monde.
• Le Temps qu’il reste – Elia Suleiman, Les Inrocks.
• Palestine, le temps des restes, Libération.
• «J’aime filmer sur les lieux mêmes, je n’aime pas tricher», Libération.
• Le plaisant « temps qu’il reste » au Palestinien Elia Suleiman, Rue89.
• Le Temps qu’il reste – film de Elia Suleiman, Télérama.
• Dossier documentaire & Bibliographie Palestine/Israël, Monde en Question.
• Dossier documentaire & Bibliographie Résistance à la colonisation de la Palestine, Monde en Question.

Analyse du discours de Netanyahou

En réponse à Barack Obama qui s’etait adressé aux musulmans du monde entier, Benyamin Netanyahou s’adresse aux seuls Israéliens pour les convaincre qu’il est bien le Premier ministre d’un «gouvernement d’unité nationale» et qu’il est capable de «garantir la sécurité d’Israël» face à «la menace iranienne, la crise économique»… et un nouveau Hamastan».

Benyamin Netanyahou a peu parlé de l’Iran, mais toujours en termes de menace pour Israël :

«la menace iranienne»
«le spectre de la menace iranienne»

La réélection de Mahmoud Ahmadinejad, qu’il n’a jamais nommé, est un atout majeur pour concrétiser ses efforts en vue «de forger une alliance internationale» contre l’Iran. Moshe Ya’alon, vice-Premier ministre et ministre des Affaires stratégiques, a depuis longtemps préparé cette stratégie qui est une arme redoutable pour détourner l’attention des crimes perpétués par l’armée d’occupation en Palestine [1].

L’essentiel de son discours concernait la question palestinienne. Benyamin Netanyahou a prononcé trois fois les mots «État palestinien», mais en termes négatifs ou hypothétiques :

Si ces deux conditions ne sont pas respectées, le danger de l’émergence d’un État palestinien armé qui deviendrait une nouvelle base de terrorisme contre l’État juif, du genre de celle de Gaza, est réel.
On ne peut s’attendre à ce que nous acceptions par avance le principe d’un État palestinien sans garanties de démilitarisation de cet État.
Si nous recevons des garanties concernant la démilitarisation et les exigences israéliennes de sécurité, et si les Palestiniens reconnaissent qu’Israël en tant qu’État du peuple juif, nous serions disposés, dans le cadre d’un futur accord, à parvenir à une solution prévoyant l’existence d’un État palestinien démilitarisé aux côtés de l’État juif.

Les nouvelles conditions que Benyamin Netanyahou posent avant d’envisager «dans le cadre d’un futur accord» de «parvenir à une solution prévoyant l’existence d’un État palestinien» le rendent impossible et le vident par avance de sa substance :

1) Les Palestiniens doivent reconnaître Israël comme l’État du peuple juif.

Il s’ensuit que la condition préalable fondamentale pour mettre fin au conflit est la reconnaissance, publique et catégorique par les Palestiniens, d’Israël comme l’État-nation du peuple juif.
J’ai déjà énoncé le premier de ces principes : la reconnaissance. Les Palestiniens doivent reconnaître clairement et sans ambiguïté qu’Israël est l’État du peuple juif.
[…] si les Palestiniens reconnaissent qu’Israël en tant qu’État du peuple juif, nous serions disposés, dans le cadre d’un futur accord, à parvenir à une solution prévoyant l’existence d’un État palestinien démilitarisé aux côtés de l’État juif.

Commentaires :

Pour comprendre l’absurde de cette exigence, il faut savoir que la question de la nature de l’État d’Israël n’a jamais été réglée depuis 1948. L’État d’Israël ne possède pas de Constitution car les religieux s’y sont toujours opposé. Son droit s’appuie sur la Déclaration d’indépendance et les Lois fondamentales.
Le problème est que l’appartenance d’un individu au peuple juif (judéité) dépend de la Halakha et donc du pouvoir religieux.

Le deuxième problème que soulève cette exigence est le devenir des Arabes israéliens, qui représentent aujourd’hui environ 20% de la population. Leurs droits, qui varient selon leur origine ethnique et qui ne sont pas dans les faits égaux à ceux des Juifs israéliens, sont aujourd’hui remis en cause par l’extrême droite.
Dans les pays démocratiques, le droit s’applique à tous les citoyens quelque soit son origine ethnique et son appartenance religieuse. C’est la contradiction du droit israélien, en principe démocratique mais réservé au seul «peuple juif» comme l’a martelé Benyamin Netanyahou en recourant à un vocabulaire ethnico-religieux.

Comment un chef de gouvernement peut-il demandé à un peuple, qu’il nomme même pas et dont il occupe la terre depuis plus de quarante ans, de résoudre à sa place la question de la nature de l’État d’Israël ?
Qui se soucie des laïcs qui, en Israël, doivent se soumettre à la loi religieuse ? Sait-on que, par exemple, le seul mariage possible en Israël est le mariage religieux ? Cet archaïsme ne trouble-t-il pas les pourfendeurs du voile dit islamique ? Allez donc voir Pureté et Condamnée au mariage de Anat Zuria [2].

2) Que l’État palestinien soit démilitarisé.

Le second est la démilitarisation : le territoire sous contrôle palestinien doit impérativement être démilitarisé pour garantir la sécurité d’Israël.
[Nous voulons] des engagements clairs pour que, dans un futur accord de paix, le territoire contrôlé par les Palestiniens soit démilitarisé […]
Si nous recevons des garanties concernant la démilitarisation et les exigences israéliennes de sécurité, […] parvenir à une solution prévoyant l’existence d’un État palestinien démilitarisé aux côtés de l’État juif.

Commentaires :

L’argument de Benyamin Netanyahou, comme de tous les gouvernements israéliens avant lui, est la sécurité d’Israël. On pourrait le comprendre si la politique sécuritaire ne se substituait pas la politique économique et sociale. La même politique, menée en France, est d’ailleurs taxée de lepéniste.
Mais surtout de quel droit un gouvernement pourrait interdire à un autre État de se préoccuper de la sécurité de ses propres citoyens ? C’est ce que prétend cyniquement Benyamin Netanyahou : au nom de la sécurité d’Israël l’État est interdit d’assurer la sienne.

Plus absurde encore, Benyamin Netanyahou exige que les Palestiniens assurent bénévolement la sécurité d’Israël en contrôlant par exemple «le trafic d’armes sur le territoire». Mais comment ?
Le mystère reste entier et ferait rire tout le monde s’il ne s’agissait d’un État qui utilise massivement ses forces militaires – aériennes, maritimes et terrestres – contre une population civile ; s’il ne s’agissait d’un État qui n’a respecté aucune résolution de l’ONU le concernant depuis 1948 ; s’il ne s’agissait d’un État qui viole ses propres règles morales.

En lisant dans le détail le texte du discours de Benyamin Netanyahou, on se rend compte qu’il dénie tout droit à l’hypothétique État palestinien : pas de contrôle – aérien, maritime et terrestre – de son territoire, pas de relations avec les pays désignés comme ennemis d’Israël, pas de maîtrise de son économie qui serait en concurrence avec celle d’Israël, pas le droit d’élire démocratiquement des représentants qui ne plaisent à Israël, etc.
Cette mascarade s’appelle un État croupion à la solde de l’occupant comme le fut le régime de Vichy pendant la Seconde guerre mondiale. Un régime qui se préoccupera de la sécurité d’Israël en arrêtant préventivement – de préférence dès la naissance – tous les supposés résistants.

3) Qu’aucun réfugié palestinien n’ait droit au retour.

Car il est clair que toute exigence de retour des réfugiés palestiniens en Israël constitue un danger pour l’existence d’Israël en tant que État du peuple juif.

Commentaires :

Le droit que reconnaît l’État d’Israël aux Juifs du monde entier d’émigrer en Israël et d’acquérir automatiquement la nationalité, ce droit est dénié aux Palestiniens qui ont été chassé de leur terre en 1948 par l’armée israélienne.
Benyamin Netanyahou ne reconnaît aucun droit aux Palestiniens et surtout pas celui de retrouver leur maison et leur terre, volées par les groupes terroristes Irgoun Stern et Haganah en 1948 et par Tsahal depuis.

Cette politique du deux poids, deux mesures est constante et elle révèle le racisme colonial qui imprègne la classe dirigeante en Israël. Un racisme qui gangrène toute la société au point que beaucoup d’Israéliens ont perdu aujourd’hui toute compassion et tout sentiment humain face à la détresse des Palestiniens.

4) Que Jérusalem soit la capitale indivisible d’Israël.

Israël a besoin de frontières sûres et défendables, Jérusalem doit rester la capitale unifiée d’Israël où la liberté de toutes les religions sera respectée.

Commentaires :

Benyamin Netanyahou a eu recours à un vocabulaire ethnico-religieux et certains passages de son discours ont un simple copier-coller de la Déclaration d’indépendance. Ainsi, il reprend le mythe religieux de la Terre d’Israël [Eretz Israel], don de YHWH au peuple juif. L’histoire de la Palestine montre que, avant la sédentarisation de population semi-nomade (proto-Israélites selon les archéologues) vers -1200, fleurissait la civilisation cananéenne notamment sur le site de Jérusalem.

Jérusalem est absent de la Déclaration d’indépendance de 1948. La ville passe sous administration israélienne après la guerre coloniale des Six Jours en 1967. En 1980, la loi fondamentale israélienne entérine le statut de la ville en capitale «éternelle et indivisible». Mais la résolution 476 et la résolution 478 du Conseil de sécurité des Nations unies annulent cette loi en droit international.

5) Que l’Autorité palestinienne reprenne Gaza au Hamas.

L’Autorité palestinienne devra faire régner la loi à Gaza et triompher du Hamas.

Commentaires :

Benyamin Netanyahou en Ubu colonial, aussi grotesque que son modèle, exige que l’Autorité palestinienne (ignorée du temps d’Arafat), fasse un véritable coup d’État à Gaza pour prendre par la force le pouvoir que le Hamas (instrumentalisé par Benyamin Netanyahou et Ariel Sharon) a gagné dans les urnes.

Exigence grotesque car on se demande comment l’Autorité palestinienne, totalement désarmée, pourrait «reprendre Gaza au Hamas». Exigence méprisante pour la démocratie palestinienne. Le Hamas, que cela lui plaise ou non, a gagné les élections législatives à Gaza en 2006.

6) Que la colonisation continue.

[…] nous n’avons l’intention ni d’établir de nouvelles colonies, ni d’exproprier d’autres terrains au profit des colonies existantes.
Toutefois, nous devons permettre aux habitants de mener une vie normale, aux mères et aux pères d’élever leurs enfants comme partout ailleurs.

Commentaires :

Le diable est dans les détails. À lire le paragraphe sur la colonisation, on pourrait croire que Benyamin Netanyahou n’a pas «l’intention d’établir de nouvelles colonies», mais il a bien l’intention d’étendre les colonies existantes.
Nous allons y revenir, mais remarquons d’abord comment il présente l’extension naturelle des colonies : «nous devons permettre aux habitants de mener une vie normale, aux mères et aux pères d’élever leurs enfants comme partout ailleurs». Les habitants en question sont des colons israéliens qui vivent sur des terres volées aux Palestiniens grâce à la protection de milices et de l’armée en violation du droit international et de toutes les résolutions de l’ONU.

Pour comprendre les véritables intentions de l’Ubu colonial, il faut relire les paragraphes antérieurs dans lesquels il justifie longuement le droit du peuple juif sur la Terre d’Israël [Eretz Israel], «sa patrie historique» car don de YHWH au peuple juif. Il répète inlassablement le mythe sioniste «une terre sans peuple pour un peuple sans terre» et nie les travaux de tous les historiens, notamment israéliens.
Il revendique fièrement son négationnisme de l’expulsion des Palestiniens en 1948 organisée selon le Plan Daleth, de la destruction des maisons et du vol des terres palestiniennes après 1948, de l’occupation coloniale de Gaza et de la Cisjordanie depuis 1967 et de l’extension des colonies selon un plan qui émiette les territoires palestiniens en banthoustans.

Le problème fondamentale est que Israël n’a jamais reconnu les frontières internationales de son État. Ses frontières sont sans cesse repoussées plus loin par la guerre et l’occupation militaire et coloniale. Benyamin Netanyahou n’a donc logiquement rien dit des frontières d’un hypothétique État palestinien. Il évoque vaguement «le territoire sous contrôle palestinien», au singulier car il exclut Gaza qui est, selon lui, un Hamastan.
Benyamin Netanyahou reprend le rêve sionniste, abandonné par Ehud Olmert, du Grand Israël. S’il ne prononce pas le mot, il y fait explicitement référence dans la partie qui traite des «principes fondamentaux» [3].

Pour conclure sur une note optimiste, Benyamin Netanyahou, empêtré dans les contradictions d’un «gouvernement d’unité nationale», a fait un aveu de taille :

Ces deux réalités – notre attachement à la Terre d’Israël [Eretz Israel] d’une part, et la présence d’une population palestinienne parmi nous de l’autre – ont suscité de profondes controverses dans la société israélienne.

Ces controverse ont porté sur la remise en cause par l’extrême droite du statut des Arabes israéliens. Or la poursuite du statu quo, c’est-à-dire de l’occupation et de la colonisation qui détruisent la perspective d’un État palestinien viable, aboutira un jour ou l’autre à la reconnaissance d’un État pour deux peuples comme en Afrique du Sud ou au nettoyage ethnique de tous les Palestiniens dans le Grand Israël.

Serge LEFORT
16/06/2009

Sources :
• Address by Benjamin Netanyahu, Ministry of Foreign Affairs version anglaise officielle.
• Discours de Benyamin Netanyahou, Ambassade d’Israël en France version française officielle revue et corrigée par Monde en Question.

settlements = colonies [implantations en novlangue politiquement correcte] et non localités
settlers = colons et non habitants de ces localités
Israel = Israël et non État d’Israël
Jewish state = État juif et non Israël
land of Israel = Terre d’Israël [Eretz Israel] et non patrie
Holocaust = Holocauste et non Shoah

Lire aussi :
• Analyse du discours de Barack Obama
• Dossier Résistance à la colonisation de la Palestine
• Bibliographie Palestine/Israël

Sélection biblographique :
• COHEN Mitchell, Du rêve sioniste à la réalité israélienne, La Découverte, 1990
• DEBIÉ Franck et FOUET Sylvie, La paix en miettes – Israël et Palestine (1993-2000) [stratégie territoriale], PUF, 2001
• DIECKHOFF Alain, Les espaces d’Israël – Essai sur la stratégie territoriale d’Israël, Fondation pour les études de défense nationale, 1987
• DIECKHOFF Alain (sous la direction de), L’État d’Israël, Fayard, 2008
• ENDERLIN Charles, Par le feu et par le sang – Le combat clandestin pour l’indépendance d’Israël 1936-1948, Albin Michel, 2008
• FINKELSTEIN Norman G., L’industrie de l’Holocauste – Réflexions sur l’exploitation de la souffrance des Juifs, La Fabrique, 2001
• KLEIN Claude, Israël – État en quête d’identité, Casterman, 1999
• LOUËR Laurence, Les citoyens arabes d’Israël, Balland, 2003
• MARDAM-FEY Farouk et SANBAR Elias (textes réunis par), Le droit au retour – Le problème des réfugiés palestiniens, Actes Sud, 2002
• MORRIS Benny, Victimes – Histoires revisitée du conflit arabo-sioniste, Complexe, 2003
• PAPPÉ Ilan, Le nettoyage ethnique de la Palestine, Fayard, 2008
• REINHART Tanya, Détruire la palestine, ou comment terminer la guerre de 1948, La Fabrique, 2002
• REINHART Tanya, L’héritage de Sharon – Détruire la Palestine suite, La Fabrique, 2006
• WARSCHAMSKI Michel (Textes téunis et présentés par), La révolution sioniste est morte – Voix israéliennes contre l’occupation, 1967-2007, La Fabrique, 2007


[1] Moshe Ya’alon, WikipediaUn écho d’Israël
Documents sur l’Iran, 2006 et 2009
[2] • Pureté : Selon la Thora, une femme ne peut avoir aucun contact charnel avec son époux pendant une période allant jusqu’à deux semaines après la fin de son cycle.
Cinéma Méditerranéen
Dailymotion – Pureté 1
Dailymotion – Pureté 2
Dailymotion – Pureté 3
Femmes en résistance
Condamnée au mariage : Une épouse juive est la propriété de son mari. Par le mariage, il l’acquiert et il est le seul à pouvoir lui accorder un divorce. La loi rabbinique permet même à un mari ayant refusé le divorce à son épouse, de vivre avec une autre femme et avoir des enfants avec elle, mais la loi interdit à une femme mariée dont le mari refuse le divorce, de vivre avec un autre homme et de porter ses enfants.
Cinéma Méditerranéen
France 5
L’Internaute
Mediapart
TSR
[3] «principes fondamentaux» du sionisme :
Permettez-moi de rappeler tout d’abord que les liens noués par le peuple juif avec la Terre d’Israël [Eretz Israel] remontent à plus de 3500 ans. La Judée et la Samarie, ces lieux où vécurent Abraham, Isaac, Jacob, David, Salomon, Isaïe et Jérémie, ne nous sont pas étrangers. Ils s’inscrivent dans la terre de nos ancêtres.

Le droit du peuple juif à un État en Terre d’Israël [Eretz Israel] n’est pas la conséquence des catastrophes qui ont frappé notre peuple. Certes, pendant 2000 ans, les Juifs ont enduré des expulsions, des pogroms, des accusations de meurtre rituel et des massacres dont le paroxysme, sans précédent dans l’histoire de l’humanité, a été atteint pendant l’Holocauste. Certains prétendent que sans l’Holocauste l’État d’Israël n’aurait pas vu le jour. Pour ma part j’affirme que si l’État d’Israël avait été établi plus tôt, l’Holocauste ne se serait pas produit.

Cette tragique histoire d’impuissance explique pourquoi le peuple juif doit posséder son pouvoir souverain d’autodéfense. Toutefois, notre droit d’édifier ici, en Terre d’Israël [Eretz Israel], un pays souverain, procède d’un fait simple : cette terre est la patrie du peuple juif, celle où s’est forgée notre identité.

Comme le proclama dans la Déclaration d’Indépendance le Premier ministre David Ben-Gurion : « Le peuple juif est né en Terre d’Israël [Eretz Israel]. C’est là que se forma son caractère spirituel, religieux et national. C’est là qu’il réalisa son indépendance, créa une culture à la fois nationale et universelle, et fit don de la Bible au monde entier ».

Films sur la Palestine

A Nanterre du 25 au 31 mars, une semaine de films-débats sur la Palestine, UJFP.

Palestine et Cinéma : En veux-tu, en voilà !, EuroPalestine.

Zone fermée

Ce film d’animation illustre les effets du bouclage de Gaza.

Lire aussi : Israël : Un film illustre les effets du bouclage de Gaza, Global Voices.

Le sel de la mer

Il est des films qui marquent et laissent en vous une trace qui ne s’oublie pas. Soit par le sujet qu’il traite, la manière dont il l’aborde ou l’effet profond qu’il instille en chacun. L’an dernier, Le Sel de la mer faisait incontestablement partie de cette catégorie-là et imposa sa surprise aux trop rares qui le virent. Puisqu’il racontait la douleur des territoires occupés, leur absence d’horizon mais aussi la révolte qui en découlait. Parce que simplement il exprimait l’humanité insoutenable d’une condition à l’aune des murs de sa prison. Dès lors, sa sortie en DVD aidant, il semblait opportun de revenir sur le très beau film d’Annemarie Jacir et d’en dégager quelques uns des bienfaits. Et assurément le plus important de ses traits, le portrait qu’il dresse d’une Palestine occupée et meurtrie.

Le présent d’une Palestine emmurée

En narrant le devenir de Soraya, jeune américaine désireuse de renouer avec le sol que sa famille avait dû quitter, Le Sel de la mer impose de suite sa volonté : montrer la difficulté quotidienne de vivre dans les territoires occupés et le dénuement moral qui en résulte. En effet, pour les êtres qui vivent à Ramallah comme va le faire Soraya, l’espoir ne passera que par une radicalité subie chaque jour et le désespoir de promesses incertaines. Promesses que chaque jour les contrôles, les attentes et les humiliations viennent démentir, anéantir. Car avant d’être un drame amoureux sensible et un film remarquable sur la difficulté d’être, Le Sel de la mer se donne pour mission de raconter ses frontières physiques et mentales, ses douleurs d’être perpétuellement enfermé. Ainsi, au soleil d’un Proche Orient où tout parait réuni pour bien vivre, ce métrage documente le quotidien dramatique d’un peuple harassé et son impossibilité à échapper. Donnant à comprendre les dérives sans jamais les excuser, le film à tendance biographique qu’Annemarie Jacir signe s’impose incontestablement comme l’une des plus intenses fictions sur le sujet. Par sa faculté à narrer la claustration, la désolation mais aussi l’insécurité. Et tout autant par ses capacités à ouvrir des brèches dans cette réalité. Par l’illégalité certes mais surtout par le surgissement d’une liberté arrachée au sort et qui mènera les protagonistes de l’Histoire à aller se baigner.

Car Le Sel de la mer a pour richesse essentielle de ne jamais désespérer, de rechercher l’horizontalité et plus encore de guetter la mer comme la métaphorique promesse d’une vie heureuse, rêvée. Et c’est justement cet idyllique état qu’atteindra le film à mesure que sa folle escapade réussit. Or, si l’envol de ses personnages mène le métrage jusqu’au rivage d’une mer qu’ils n’avaient jamais vus, il pose aussi la géométrie d’une soumission, l’implacable de leur occupation. Dès lors, le Sel de la mer n’est plus seulement le récit d’évasion qu’il engage à ses débuts ou celui d’une libération, c’est aussi l’affirmation d’une identité sur fond de mémoire et de ressenti.

Le souvenir du conflit et la douleur d’une identité refusée

A mesure qu’il se construit, Le Sel de la mer laisse en effet une place considérable à l’identité, son élaboration et la passion qu’elle imprime. Ainsi, dés son ouverture, Soraya décide par fidélité aux siens et par quête personnelle, quitte les Etats-Unis et Brooklyn pour connaître ses racines et renouer avec une identité qu’elle n’a finalement jamais connue en tant que fille d’expatriés. De fait, directement héritière d’un exil vécu dès la naissance de l’Etat hébreux et d’un conflit rapporté par ses proches, elle se confronte avec violence à une réalité bien éloignée de ce qu’elle a connu jusqu’alors. Mais tout autant, elle avance en se reportant aux mémoires de ceux qui lui racontent ou lui ont raconté ce qu’était la Palestine, cette patrie qu’ils furent obligés de quitter ou dans laquelle ils sont forcés de rester, engoncés et malmenés. Ainsi, en prise avec l’écriture de son passé et des racines qui la déterminent, Soraya élabore sa double identité, schizophrène dans un sens et outrée surtout par les conditions de vie qu’elle s’est in fine choisie.

En effet, à chaque minute, le conflit affleure et se cristallise dans la monstration d’existences empêchées de vivre pleinement. Et tout autant s’affirme-t-il plus fort dans la parenthèse de liberté qu’il ouvre une fois les check-points franchis. Le Sel de la mer s’emplit effectivement d’une charge politique intense et radicale au fur et à mesure que nos palestiniens échappés et clandestins s’approchent de la maison qui fut celle des parents de Soraya, maison qui est aujourd’hui occupée par une jeune artiste israélienne. De fait, le métrage d’Annemarie Jacir développe alors toutes les rancoeurs, les souffrances et les clichés qui empoisonnent les relations entre israéliens et palestiniens à l’aune du droit de propriété de cette demeure modeste mais fantasmée.

Situant cette demeure comme un lieu métaphorique à posséder absolument et vis-à-vis duquel on exhibe la mémoire de sa propriété, Le Sel de la mer exhibe alors toute l’intime sensibilité à une lutte déjà vieille de plus de six décennies. Et l’aventure de Soraya dans les ruines de Dawayma donne une ampleur encore plus grande à la tragédie historique qui s’est nouée dans ces contrées. Parce qu’elle fait écho à l’un des plus grands massacres subis par les palestiniens en 1948 mais surtout parce qu’elle se double de la perspective heureuse d’une naissance à venir, celle qui potentiellement réconcilierait tout. Le passé et le présent, Israël, la Palestine et son avenir.

De fait, digne continuateur du triptyque Paradise Now – Désengagement -Free zone et contre-point complémentaire à Une Jeunesse comme les autres, Le Sel de la mer gagne son pari de raconter le conflit israélo-palestinien avec sincérité, intensité et poésie. Le tout sans jamais nier son rapport à la constitution des identités et leur impossible nécessité. Par conséquent, précieux et d’une belle sagesse, Le Sel de la mer contribue tout d’abord à enrichir le regard de cinéphiles et de citoyens qui sont autant de lointains spectateurs d’une insupportable terreur qui nous concerne définitivement. Mais plus encore, révèle-t-il la force du cinéma et son utilité dans l’explication d’un tel conflit et l’expression de ses différentes opinions, elles qui sont par trop caricaturées lorsqu’elles nous sont rapportées par d’autres médias. C’est donc pour cela que Le Sel de la mer impose son visionnage et procurera à ceux qui méconnaissent une telle situation le plus impactant des éclairages.

Jean-Baptiste Guegan
06/03/2009
Publié par DVDrama.

Lire aussi :
Acide Critique
AlloCiné
Les blogs du Diplo
CCIPPP
Dailymotion
Un écho d’Israël
Le MondeInfo-Palestine
RFI
Télérama