Palestine en Question

Blog dédié à la Palestine

Revue de presse Palestine 28/08/2011

Suivre l’actualité
courir après le vent.
Penser l’actualité
marcher à contre-courant.

28/08/2011, Ramzy BAROUD, Israël et « sa belle petite guerre » : Gaza et l’Egypte en ligne de mire, Questions CritiquesInfo-Palestine

Le « mouvement de protestation sociale prend de l’ampleur », écrit Avnery. « À ce moment-là, il y aura une tentation – peut-être une tentation irrésistible – de « réchauffer les frontières ». Pour commencer une jolie petite guerre. Un appel aux jeunes d’Israël, les mêmes jeunes qui aujourd’hui remplissent … les tentes, pour aller défendre la patrie ».
C’était un avertissement qui énervait un peu, non seulement parce qu’il émanait d’Avnery, un vétéran féru dans la connaissance de la classe dirigeante en Israël, mais aussi parce qu’il s’est confirmé dans son intégralité quelques jours plus tard.
Lire : Uri AVNERY, « Comme tes tentes sont jolies », AFPS.

27/08/2011, La Chine va voter pour l’admission d’un Etat palestinien à l’ONU, El Watan

La Chine a informé l’Autorité palestinienne qu’elle allait voter au Conseil de sécurité en faveur de l’admission d’un Etat de Palestine à l’ONU, a annoncé hier l’agence de presse officielle palestinienne Wafa.
Information à prendre avec circonspection car ni l’agence chinoise Xinhua ni Renmin Ribao n’en parlent.

27/08/2011, Interview à propos de mon livre dans l’émission « Le livre international » sur RFI, Blog de Julien Salingue

27/08/2011, Mark WESTON, Peut-on parler d’une « révolution » sans mentionner l’occupation ?, AFPS

Selon Mikela Levin de l’Alternative Information Center, dans le quartier palestinien de Wadi Nisnas, à Haïfa, au début de la semaine, une manifestation a eu lieu. Les participants réclamaient non seulement « des logements publics », mais que « le gouvernement mette fin aux discriminations racistes qui frappent les citoyens palestiniens d’Israël dans la vie quotidienne, dans le travail, dans les banques et les bureaux de l’administration publique. Ils voulaient la fin de l’occupation et une démocratie égalitaire en Israël, une revendication que les manifestants du nord de la ville ne partagent pas tous. Néanmoins, le samedi 13 août, les habitants de Wadi Nisnas ont marché aux côtés des habitants d’Haïfa engagés dans le mouvement des villes de tentes. » La géographie des mobilisations du samedi 13 août affaiblit la présentation par le gouvernement qu’il s’agirait d’un mouvement « d’une élite » de Tel-Aviv et de Jérusalem. Pendant ce temps, le gouvernement accentue ses plans de construction de logements dans Jérusalem-Est – invoquant la « nécessité de logements » – et les déplacements de Palestiniens dans les territoires occupés se sont accrus en mai et juin 2011.

27/08/2011, Dépêches du 27 août 2011, Info-Palestine

26/08/2011, Zeev STERNHELL, Social justice also means ending the occupation, Ha’aretz

Already from the start of the social protest movement, many people have been bothered by the questions: What is the actual significance of the term « justice » to the youngsters protesting in the street? How is it possible to achieve social justice without justice as a universal value? What are the boundaries of justice and its implementation?
In this respect, there was always a big difference between the right and the left in the world, and now also in Israel. The left considers equality to be a universal value, an expression of a human being’s right not merely to the freedom to sleep under a bridge but also to the freedom to live a decent life. The left – and this is the big difference between it and the various types of conservatives – does not consider equality to be an element that restricts freedom but rather a different aspect of a human being’s right to control his life.
This takes us back to the occupation. Justice is not merely the right to decent housing for Jews, it is also the right to freedom of a nation under occupation. An enormous opportunity for changing the face of Israel’s political culture and charting the face of the future will be lost if the flag-bearers of the protest decide to ignore this truth.

25/08/2011, Amira HASS, Doubts emerge over identity of terrorists who carried out attack in Israel’s south, Ha’aretzCCIPPP

25/08/2011, Hommage à Naji al-ALI, Palestine en Question

25/08/2011, Rapport sur les violations israéliennes des droits humains, Info-Palestine

24/08/2011, Dissolution de la spécificité extrémiste d’Israël, Dedefensa

Depuis les événements de la semaine dernière (voir ce 22 août 2011), en rapport avec les relations d’Israël avec l’Egypte, et dans le contexte du « printemps arabe », les réactions de la direction israélienne sont en train de se modifier profondément.
La direction israélienne se trouve complètement déstabilisée. On mesure combien sa politique systématiquement offensive et brutale, qu’on croyait essentiellement fondée sur le seul soutien US, et sur la passivité de la « communauté internationale », avait également un solide fondement stratégique, et encore plus psychologique, dans le comportement de l’Egypte de Moubarak appuyant sans restriction Israël.

24/08/2011, Amira HASS, Israel’s left now has a chance to awaken the public, Ha’aretz

But the social movement that sprung up in Israel this summer is not a final paper. Nor is it a political party. It is a process, a new and developing situation that reinvents itself frequently, an intensive course in developing political understanding. It must not be left to the new-old social right.
In effect, the challenge goes much deeper than merely conflicting opinions. Yachimovich frankly enunciated our position as Israeli Jews: We are profiting from the occupation even as we groan under regressive taxation. Whether our families came from Katrielevka or Baghdad, we are profiting from the structural discrimination against Palestinian citizens of Israel and from the very fact that they have become a minority in their own land.

24/08/2011, Zvi BAR’EL, It’s a good thing for Israel that Hamas exists, Ha’aretz

Both Hamas and Israel share a common interest – that Hamas continue to run the Strip so long as it manages to keep the violent opposition at home at bay.
Hamas has for some time now been more than an organization, and at least in the eyes of the Israeli government, it is also a government, which Israel considers responsible for everything that happens in the Gaza Strip. It does not matter whether organizations like Islamic Jihad or the Popular Resistance Committees, « the Palestinian Army of Islam » or some freelancers fire on Israel. Hamas is the address to ensure there is calm in the Strip. This is something one sovereign state requires of another, and of one from whose territory hostile actions are initiated. This is how Israel behaves when it comes to Egypt, which it justifiably considers responsible for what takes place in Sinai, and that is how it perceives the governments of Lebanon and Syria when it comes to Hezbollah.
So both Hamas and Israel share a common interest – that Hamas continue to run the Strip so long as it manages to keep the violent opposition at home at bay. On the face of it, Israel could not have expected a more successful partner for managing the occupation. Because Hamas has the power to determine not only the military agenda but also the political agenda of Israel and the Palestinians. Hamas succeeded in shaking the Israeli public when it kidnapped Gilad Shalit and caused Israeli governments to negotiate with it indirectly. It also managed to get Israel in trouble with Turkey, and as we saw this week, also to force itself into the fragile relations between Israel and Egypt.
Thus, Israel and Hamas have succeeded in transforming Hamas into one of the core issues to be resolved ahead of an agreement. As far as Israel is concerned, this is a safe « core issue, » because it carries no international pressure to recognize Hamas. Hamas is the best guarantee Israel has at this time for preserving the status quo vis a vis the Palestinians. The result is that anyone who talks about destroying Hamas undermines the strategic interest of Benjamin Netanyahu. Without Hamas there is no excuse for delaying a Palestinian state.

23/08/2011, Andreï FEDIACHINE, La Palestine dans l’attente de l’indépendance et de la troisième intifada, RIA Novosti

Actuellement il est clair que le ramadan, qui n’a jamais été une période aussi conflictuelle (la guerre civile et les bombardements de l’OTAN en Libye, les émeutes en Syrie, les attentats en Israël et en Afghanistan), sera suivi d’un mois de septembre très difficile.
Même si l’Assemblée générale votait pour l’indépendance, le Conseil de sécurité, qui selon le règlement doit approuver une telle décision, rejetterait la demande palestinienne. Bien que la Russie et la Chine soutiennent les Palestiniens, les Etats-Unis s’opposent à la création de l’Etat palestinien avant le règlement de tous les problèmes israélo-palestiniens et, par conséquent, ils opposeront leur veto à toute recommandation du Conseil de sécurité. Et le soutien des membres non permanents du Conseil de sécurité, favorables aux aspirations palestiniennes, n’aura aucune influence. Or, actuellement ces derniers sont majoritaires, dont l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud (partenaires de la Russie au sein du BRICS). Le veto américain bloquera tout le monde.
Le veto américain opposé à la demande palestinienne d’indépendance, qui plus est dans le contexte des révolutions arabes, provoquera certainement des protestations de masse dans le monde arabe et un regain de radicalisation. Les partisans de l’islam conservateur s’efforcent depuis longtemps de convaincre les croyants modérés que toutes les promesses d’Obama de faire pression sur Israël et ses appels à reconnaître l’Etat palestinien dans les frontières de 1967 sont hypocrites. Le veto américain sera la meilleure preuve des ces thèses.
Si Washington opposait son veto à l’indépendance palestinienne et ne proposait aucune alternative à la Palestine, l’administration palestinienne perdrait certainement tout contrôle du territoire. Cela représenterait sa faillite politique. Et il n’y aura plus personne pour réfréner l’islam radical. Certains experts disent déjà qu’en septembre la troisième intifada pourrait éclater dans les territoires palestiniens sur la vague des révolutions arabes, avec les conséquences les plus graves que cela impliquerait.

23/08/2011, Rester humain à Gaza Livre de Vittorio ARRIGONI, Palestine en Question

23/08/2011, Dépêches du 23 août 2011, Info-Palestine

22/08/2011, Caméra cachée à l’intérieur de la prison israélienne de Ramlé (Vidéo), CAPJPO-EuroPalestine

22/08/2011, Pour garder mémoire ! 5/5, Info-Palestine

Ce texte est le résultat des recherches d’un citoyen lambda qui, suite à la tuerie de Gaza de 2008/2009, a voulu « comprendre ». L’auteur espère qu’il pourra servir d’aide-mémoire à celles et ceux qui, comme lui, veulent vivre en citoyens conscients. Lire aussi : Guerre contre Gaza 27 décembre 200818 janvier 2009.

22/08/2011, Egyptian Hacker Hacks Into Netanyahu’s Website, International Middle East Media Center

An Egyptian hacker managed on Sunday to hack into the website of Israeli Prime Minister, Benjamin Netanyahu, and placed a picture of Egyptian soldiers raising the Egyptian flag in Sinai during the October, 6, 1973, on the sites’ homepage.

21/08/2011, Nahum BARNEA, Israel has no strategy, Ynetnews

The same story repeats under all our governments: Following a terror attack, both sides embark on a chain reaction of attacks and counter-attacks. At the end of the day, the battle is over who will be firing the last rocket; who will emerge as a hero and who will be the chicken.
It’s tragic, because there is in fact no significance to the question of who fires their ammunition last. Deterrence is not achieved via a particular missile or shell, even when it’s the last shell. Meanwhile, more and more civilians are hurt, both on our side and on the other side. Every fatality draws further escalation and every escalation draws more fatalities. Both sides lose control.

21/08/2011, Le bilan du bombardement israélien s’alourdit, El Watan

L’agression israélienne sanglante contre la bande de Ghaza, commise jeudi passé en fin d’après-midi, s’est intensifiée hier sur fond d’une crise diplomatique aiguë entre Israël et l’Egypte.
Le Caire n’a pas hésité à rappeler son ambassadeur à Tel-Aviv pour consultation et a convoqué celui d’Israël pour protestation. Cette montée d’adrénaline sur le terrain diplomatique intervient au moment où le bilan des morts et des blessés s’est alourdi. Dans la matinée d’hier, des sources hospitalières ont indiqué que 15 personnes avaient été tuées et 44 autres ont été blessées, dont 11 enfants, 10 femmes et 3 personnes âgées.

19/08/2011, Joseph DANA, Who is behind the Eilat terror attack?, +972 Magazine

The Jerusalem Post is reporting that the PRC has praised the Eilat terror attack but denied responsibility in carrying it out. Speaking with the AFP, a PRC spokesman in Gaza said, «  »The occupation wants to pin this operation on us in order to escape its own internal problems. » Israel maintains that the PRC is responsible for the attacks but has yet to release any verifiable proof connecting the Gaza based group to the attack which has so far claimed eight lives.

19/08/2011, Israel uses military terror against Gaza Civilians, 8 killed, 40 wounded, The Palestine Telegraph

Since midnight, Israeli occupation forces launched a series of airstrikes all over the Gaza Strip targeting civilian and sites in pretext of chasing resistance fighters. People of Gaza spent a night of fear and panic.

19/08/2011, L’attaque « terroriste » et les « indignés » israéliens, Dedefensa

Paul Woodward développe largement, sur son site War in Context, ce 18 août 2011, l’observation évidente que ces attaques viennent à point nommé pour contrecarrer et éventuellement déstructurer le mouvement de protestation. (Les manifestations du week-end sont maintenues malgré des appels pour les suspendre. On verra surtout, à leur importance, l’effet de ces attaques sur le mouvement.) Les événements sont d’autant plus une diversion fort à propos que des cargaisons de parlementaires US débarquent actuellement en Israël pour leur visite annuelle, et qu’une ambiance d' »attentats terroristes » est bien meilleure pour les affaires que celle d’une « protestation indignée ».
Le cas d’événements de diversion a été envisagé dès le début des manifestations [Israéliens indignés, – eux aussi…, Dedefensa].

18/08/2011, Between colonialism and class: J14 and the responsibility of the left, +972 Magazine

In order to achieve true « social justice » – that is, to defeat exploitation in all its forms – it is necessary to defeat the particular kinds of exploitation inherent in the situation, even if these appear as something else, for example colonial oppression. In these cases, where one could speak of the struggle between exploiters and exploited being deflected onto other channels, the battle against exploitation is twofold. It is a battle against the particular (colonial) form of exploitation, and a battle to return from the deflection to the real issue at hand. One must keep guard, then, against false returns that seek shortcuts. In a situation where class exploitation has taken the form of colonial oppression, a « class struggle » that ignores the colonial context is no class struggle at all; it is destined to either dissipate or change into something altogether different.

18/08/2011, Dimi REIDER, J14 to hold weekly mass rallies in defiance of attacks, +972 Magazine

Despite calls  to cancel the weekly social justice rallies, the J14 protests will go on as planned – in the form of mass memorial processions for victims of today’s attacks. Prime Minister Netanyahu said Israel already responded to the attacks with a Rafah air raid that killed six.

18/08/2011, Rapport sur les violations israéliennes des droits humains, Info-Palestine

18/08/2011, Pour garder mémoire ! 4/5, Info-Palestine

Ce texte est le résultat des recherches d’un citoyen lambda qui, suite à la tuerie de Gaza de 2008/2009, a voulu « comprendre ». L’auteur espère qu’il pourra servir d’aide-mémoire à celles et ceux qui, comme lui, veulent vivre en citoyens conscients. Lire aussi : Guerre contre Gaza 27 décembre 200818 janvier 2009.

17/08/2011, Dépêches du 17 août 2011, Info-Palestine

16/08/2011, Schlomo SAND, « Contester les dépenses militaires et coloniales », L’Humanité

Le grand problème est qu’il n’y a pas une vraie et grande opposition de gauche en Israël. Donc je ne pense pas que quelque chose change dans l’immédiat. Ce qui manque c’est ce pont entre une masse de juifs israéliens et une masse d’Arabes israéliens qui veulent vivre dans un État démocratique et pas dans un État juif.

16/08/2011, Petr ROMANOV, Palestine, une autonomie sans autonomie, RIA Novosti

En septembre, la communauté internationale s’attend à une nouvelle situation complexe au Moyen-Orient : le gouvernement palestinien semble avoir pris la décision définitive de proclamer unilatéralement son indépendance. Quoi qu’il en soit, le chef de l’Autorité nationale palestinienne Mahmoud Abbas a fait part de son intention de formuler une demande appropriée auprès du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon le 20 septembre, après l’ouverture de la session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies. Comme le font remarquer les experts, le mois de septembre n’a pas été choisi par hasard. Durant cette période le Conseil de sécurité sera présidé par le représentant du Liban, et les Palestiniens sont convaincus que ce dernier fera tout son possible pour donner un coup de pouce à la Palestine.
La réconciliation entre le Fatah et le Hamas, qui ont préféré provisoirement fermer les yeux sur l’hostilité et le sang mutuellement versé pour contribuer à la création de leur propre Etat, joue également en faveur de la Palestine. Il en est de même pour les différends au sein de la communauté israélienne sur les thèmes les plus variés. Mais quels que soient les litiges qui déchirent Israël, il a déjà fait preuve à plusieurs reprises de la capacité de resserrer ses rangs en cas de menace sérieuse.
Comme toujours, Evgueni Satanovsky, président de l’Institut du Proche-Orient, est radical dans ses prévisions. Il estime qu’après la demande palestinienne auprès de l’ONU, Israël rompra certainement les Accords d’Oslo, et les Etats-Unis cesseront définitivement d’aider financièrement la Palestine. »Ensuite, le gouvernement palestinien sera probablement expulsé du pays, et il n’aura pas d’autre choix que de former quelque part à Londres un gouvernement en exil. Israël prendra le contrôle des territoires palestiniens, et il faudra oublier l’Autorité actuelle », affirme Evgueni Satanovsky.
Je ferai un autre pronostic. En septembre, la météo se dégradera temporairement au Moyen-Orient. Un cyclone sera confronté à un anticyclone, ce qui provoquera le tonnerre et la foudre, puis tout reprendra son tour chronique : commissions et conférences internationales, et une nouvelle feuille de route. Autrement dit, d’interminables palabres.

Lire aussi :
Revue de presse Palestine colonisée 2011, Monde en Question.
Dossier documentaire Palestine/Israël, Monde en Question.
Dossier documentaire Palestine/Israël – Un seul État, Monde en Question.
Dossier documentaire Mur de l’Aparteid, Monde en Question.
Dossier documentaire Résistance à la colonisation de la Palestine, Monde en Question.

Rédiger votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :