Palestine en Question

Blog dédié à la Palestine

Archives de Tag: Norman Finkelstein

American Radical – The Trials of Norman Finkelstein

Le sionisme et l’instrumentalisation de l’Holocauste

Fils de parents survivants des camps nazis, auteur de L’industrie de l’Holocauste – Réflexions sur l’exploitation de la souffrance des Juifs (La Fabrique, 2001), professeur de sciences politiques et homme de principes jusqu’à l’intransigeance, Norman Finkelstein est en croisade depuis 1982. Son objectif : dénoncer l’utilisation de l’Holocauste par Israël pour justifier les crimes commis en Palestine.

Suivant Finkelstein à travers le monde, American Radical trace le portrait de cet homme vénéré par les uns et haï par les autres, ami de Noam Chomsky et interdit de séjour en Israël. Le portrait d’un penseur libre, d’un provocateur, d’un homme seul qui a sacrifié sa vie à une cause.


S’abonner à la Newsletter Cinéma pour télécharger le film VOSTFR.

Nous avons une expression en anglais : « La vérité est souvent une pilule amère à faire passer. » Nous sommes supposés examiner sérieusement l’histoire. Mais il suffit que vous mentionnez quelques mots sur des collaborateurs juifs, et les gens deviennent tellement énervés. C’est – je suis désolé de le dire – une forme de chantage émotionnel [53’08 »].

Norman Finkelstein a payé le prix fort pour avoir dit une vérité dérangeante. Il a été chassé de l’Université, interdit de séjour en Israël et l’Organisation de la Défense Juive a lancé contre lui une campagne « Chassez le traître des Juifs ».

Fiche : AlloCiné
Critiques :
ISM
Lectures
Panorama
The New York Times
Site du filmLes Mutins de Pangée

20/04/2010
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
Dossier documentaire & Bibliographie FINKELSTEIN Norman, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Sionisme, Monde en Question.
Dossier documentaire Cinéma, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Publicités

Boycott – Désinvestissement – Sanctions

Contre Charles Boycott, propriétaire terrien irlandais, ses fermiers organisèrent en 1879 un blocus qui l’obligea à capituler sur les loyers et les conditions de travail. Le boycott est l’arme des pauvres contre les puissants, des opprimés contre la domination.

Le mouvement BDS (Boycott – Désinvestissement – Sanctions) est issu d’organisations populaires palestiniennes en lutte contre l’occupation militaire de la Palestine et l’apartheid en Israël. Comme l’explique Barghouti, c’est un mouvement non violent, moral et antiraciste. Il vise tous les produits en provenance d’Israël : le limiter aux produits des colonies serait le rendre inefficace, tant cette origine est facile à masquer. Il vise entre autres le domaine académique, car à de très rares exceptions près l’université israélienne est complice de l’occupation et de l’apartheid.

Le débat sur le boycott atteint désormais des pays aussi divers que la Norvège, l’Australie, les États-Unis ou l’Afrique du Sud. Sur ce débat, le public français est mal informé. La publication de ce livre, qui comble une lacune, est menée au nom de la liberté d’expression et du droit du public à une information indépendante.

Omar BARGHOUTI, Boycott, Désinvestissement, Sanctions – BDS contre l’apartheid et l’occupation de la Palestine, La Fabrique, 2010.

Colonisation – Occupation – Annexion
Boycott – Désinvestissement – Sanctions

Lire aussi :
• 09/11/2005, Appel au Boycott, aux Sanctions et aux Retraits des Investissements contre Israël jusqu’à ce qu’il applique le Droit International et les Principes Universels des Droits de l’Homme, BDS.

À la lumière des violations persistantes du droit international par Israël,
Étant donné que, depuis 1948, les centaines de résolutions de l’ONU ont condamné les politiques coloniales et discriminatoires d’Israël en tant qu’illégales et ont appelé à des remèdes immédiats, proportionnés et efficaces,
Étant donné que toutes les formes d’intervention internationale et de tentatives de paix n’ont pas jusqu’ici convaincu ou forcé Israël à se conformer à la loi humanitaire, à respecter les Droits de l’Homme fondamentaux et à mettre fin à son occupation et son oppression du peuple de la Palestine,
En raison du fait que les personnes de conscience parmi la communauté internationale ont historiquement endossé la responsabilité morale de combattre l’injustice, comme illustré dans la lutte pour abolir l’Apartheid en Afrique du Sud par diverses formes de boycott, de retrait d’investissement et de sanctions,
Inspirés par la lutte des Sud-Africains contre l’Apartheid et dans l’esprit de la solidarité internationale, de la cohérence morale et de la résistance à l’injustice et à l’oppression,
Nous, représentants de la Société Civile Palestinienne, invitons les organisations des sociétés civiles internationales et les gens de conscience du monde entier à imposer de larges boycotts et à mettre en application des initiatives de retrait d’investissement contre Israël tels que ceux appliqués à l’Afrique du Sud à l’époque de l’Apartheid.

• 17/01/2006, FINKELSTEIN Norman G., Pourquoi un boycott économique d’Israël est-il justifié ?, CCIPPP.

« Un boycott économique semblerait être une entreprise également judicieuse. Une stratégie non-violente dont le but est d’arriver à un règlement juste et durable du conflit entre Israël et la Palestine ne peut pas légitimement s’appeler de l’antisémitisme. »

• 23/06/2009, PAPPÉ Ilan, Le boycott culturel est une nécessité, Electronic IntifadaInfo-Palestine.

Ces huit dernières années, la politique criminelle d’Israël a connu une escalade et les militants palestiniens ont cherché de nouveaux moyens d’y faire face. Ils ont tout essayé : la lutte armée, la guérilla, le terrorisme et la diplomatie : tout cela en vain. Et pourtant, ils ne baissent pas les bras et ils proposent maintenant une stratégie non-violente – celle du boycott, du désinvestissement et des sanctions. Par ce moyen, ils essaient de sauver, non seulement les gouvernements occidentaux – mais ironiquement, aussi les juifs d’Israël – d’une catastrophe imminente et sanglante. Cette stratégie a inspiré l’appel au boycott culturel d’Israël, appel qui émane de toutes les parties de la société palestinienne : la société civile sous occupation et les Palestiniens vivant en Israël. L’appel est appuyé par les réfugiés palestiniens et il est dirigé par les membres des communautés palestiniennes en exil. Il est arrivé à un moment propice et a donné aux individus et aux organisations du Royaume-Uni l’occasion d’exprimer leur dégoût pour les politiques israéliennes et de faire eux aussi pression sur le gouvernement pour qu’il cesse de couvrir les actions israéliennes sur le terrain.

• 14/01/2010, PILGER John, Israël, un bilan, John PILGERLe Grand Soir.

Selon Nelson Mandela, la justice pour les Palestiniens constitue «le plus grand enjeu moral de notre époque». L’Appel de la Société Civile Palestinienne pour le Boycott, le Désinvestissement et les Sanctions (BDS), fut lancé le 9 juillet 2005, dans l’esprit du grand mouvement non-violent qui a balayé le monde et provoqué l’effondrement de l’Apartheid africain. «Au cours des décennies d’occupation et de vols», a écrit Mustafa Barghouti, une voix de la sagesse dans le paysage politique palestinien, «90% de la lutte palestinienne a été non-violente… Une nouvelle génération de dirigeants palestiniens s’adressent au monde exactement comme Martin Luther King l’aurait fait. Ce même monde qui rejette tout recours à la violence de la part des Palestiniens, même dans les cas flagrants de légitime défense, pourrait-il nous reprocher la non-violence employée par des hommes tels que King et Ghandi ?»

• 22/02/2010, VIDAL Dominique, Boycott : la contre-offensive d’Israël et de ses amis, Le Monde diplomatique.

La contre-offensive juridique coordonnée par l’ambassade d’Israël avec des associations pro-israéliennes et l’appui des autorités françaises peut de surcroît se heurter à une contradiction juridique. Si le boycott d’Israël et de sa production en tant que tel tombe notamment sous le coup des articles 225-1 et 225-2 du Code pénal et de l’article 24, alinéa 8, de la loi du 29 juillet 1881, en revanche aucune loi ne réprime celui des produits de la colonisation israélienne. Au contraire, ces derniers sont directement visés par plusieurs textes européens et français :
l’Accord d’association Union européenne-Israël, qui, par son article 83, exclut les produits des colonies des avantages fiscaux dont jouissent ceux «du territoire israélien». Autrement dit, ils doivent acquitter des taxes qu’ils fraudent en se présentant comme produits d’Israël. Dans son avis en date du 29 octobre 2009, l’avocat général de la Cour européenne de justice, précise que «le régime préférentiel en vertu de l’accord CEE-Israël ne peut être appliqué à un produit originaire de Cisjordanie et, plus généralement, des territoires occupés» ;
le Code français du commerce, qui interdit la falsification des «règles d’origine» des produits (et donc la mention «made in Israël» au lieu de «made in Palestine» ou «made in Westbank», etc.) ;
la Directive européenne 2005/29/CE du Parlement européen et du Conseil du 11 mai 2005 «relative aux pratiques commerciales déloyales des entreprises vis-à-vis des consommateurs». Cette directive est relayée dans le droit français par les articles L 121-1 et suivants du code de la consommation qui prévoient et répriment les pratiques commerciales trompeuses créant une confusion ou reposant sur des allégations ou présentations fausses ou de nature à induire le consommateur en erreur.

• 25/02/2010, En réponse au Premier Ministre français : le BDS promeut la justice et les droits universels, BDSInfo-PalestineSilvia Cattori.

Pour information, le BNC et tous nos partenaires dans le monde n’ont jamais fait le moindre appel au boycott de produits cashers. C’est simplement faux. La campagne boycott, désinvestissements et sanctions (BDS) a constamment appelé à un boycott des produits israéliens en raison de la violation permanente par Israël du droit international et des droits des Palestiniens. Le BDS est basé sur un respect sans ambiguïté de la loi internationale et des droits humains universels ; en tant que tel il est catégoriquement opposé à toute forme de racisme et de discrimination raciale, y compris l’islamophobie et l’antisémitisme.

Le BNC est fier de compter beaucoup d’organisations juives et d’universitaires et personnalités culturelles juives de premier plan autour du monde, y compris en France et en Israël, comme alliées et partenaires dans la lutte pour la justice, la paix et le respect des droits humains. Comme dans la lutte contre l’apartheid sud-africain, la campagne BDS mondiale rapproche les personnes de conscience du monde entier, indépendamment de leur ethnicité, de leur religion, sexe ou autres attributs identitaires, pour engager des initiatives de boycott et de désinvestissements efficaces, moralement cohérentes, et non-violentes contre l’État d’Israël et ses institutions complices, dans la poursuite de la liberté, de l’autodétermination et de la pleine égalité pour le peuple palestinien. Cette lutte est destinée à mettre fin à l’occupation par Israël, au refus des droits des réfugiés et au système de discrimination raciale contre le peuple palestinien.

• 30/03/2010, Appel BDS en Français, PDFBDSBDS FranceBDS Israël

• Articles Boycott :
AFPS
EuroPalestine
Info-Palestine
ISM
Monde en Question
NPA

• Brochure, Le Boycott d’Israël : Pourquoi ? Comment, EuroPalestine.
• DVD, S’informer sur la campagne, BDS.
Dossier documentaire Omar BARGHOUTI.
Dossier documentaire & Bibliographie Résistance à la colonisation de la Palestine, Monde en Question.

Marche internationale pour rompre le siège de Gaza

Un ensemble de militants appartenant à diverses associations de solidarité avec les Palestiniens sont en train de préparer une marche internationale vers Gaza, dans l’intention de mettre fin au blocus du territoire. Cet événement a pour objectif d’amener des milliers de manifestants du monde entier à marcher aux côtés des Gazaouis et d’ouvrir une brèche dans le blocus imposé à la population depuis l’élection du Hamas en 2006.

« Cette marche s’inspire du Mahatma Gandhi » indiquait un projet de déclaration des principes et des finalités rédigé par la « Coalition pour mettre fin au siège illégal de Gaza », document que s’est procuré le Daily Star. « Ceux d’entre nous qui résident aux Etats-Unis s’inspirent aussi du mouvement des Droits civiques », ajoutait-il.

La déclaration esquisse également des plans pour la marche, qui se tiendra le 1er Janvier 2010. « Nous parcourerons le Long Mille à travers le poste de contrôle d’Erez aux côtés du peuple de Gaza dans une démonstration non violente qui rompt le blocus illégal » ; il ajoute : « Nous concevons cette marche comme le premier pas d’une campagne durable et non violente… Si nous amenons des milliers de gens à Gaza, et des millions d’autres à travers le monde à suivre la marche sur internet, nous pouvons mettre fin au siège sans qu’une goutte de sang soit versée ».

Le Professeur Norman Finkelstein, analyste politique et auteur de plusieurs ouvrages sur le conflit israélo-palestinien, est l’un des organisateurs de la marche. « Nous voulons envoyer là-bas plusieurs milliers de gens du monde entier, pour marcher aux côtés de plusieurs centaines de milliers de Gazaouis », a-t-il déclaré au Daily Star.

Finkelstein espère que de grands nombres de militants internationaux et de dirigeants prendront part à la marche, avec pour résultat d’empêcher une riposte violente des autorités israéliennes. « Si des personnalités telles que Jimmy Carter, Noam Chomsky, l’évêque Desmond Tutu et Nelson Mandela se trouvent en tête de la marche s’ils sont suivis des étudiants portant haut les emblèmes des écoles au nom desquelles ils saluent – Harvard, Yale, Princeton, Oxford, Cambridge ; si derrière eux se trouvent les malades et les handicapés, les jeunes et les innocents de Gaza ; si derrière eux encore d’autres suivent par centaines de milliers, sans armes et sans peur, dans le seul désir de faire respecter la loi ; si, à travers le monde, des centaines de milliers de gens regardent sur internet ce qui se passe – alors Israël ne peut pas tirer » dit-il.

« La première réunion organisationnelle de la coalition est fixée au 13 juillet », ajoute Finkelstein. « Nous espérons à cette occasion mettre en place une formule d’entente sur un comité de pilotage. Pour le moment, le groupe de travail est constitué de personnes appartenant à des associations, telle que CodePink, qui ont été actives autour du conflit israélo-palestinien ».

En préparation de la marche, des membres de la coalition contactent maintenant à travers le monde des groupes de solidarité avec les Palestiniens.

Richard Hall
1er juillet 2009
The Daily Star
EuroPalestine

Lire aussi :
• Dossier Résistance à la colonisation de la Palestine
• Bibliographie Palestine/Israël

Barbarie du ghetto de Gaza

Les petits-enfants de survivants de l’Holocauste de la Deuxième Guerre mondiale font aux Palestiniens exactement ce que leurs a fait l’Allemagne nazie…

Ce court texte introduit le photo-montage d’images des ghettos de Varsovie et de Gaza, titré « Deutschland Uber Alles » et publié par Norman G. Finkelstein le 16/01/2009.

Le même photo-montage, titré « Ghetto de Varsovie – Ghetto de Gaza », est repris par Info-Palestine le 19/01/2009 ; et, titré « Nazisme Allemand vs Sionisme Israélien : Le poids des images », par Temps obscurs le 19/01/2009. Le même site introduit le photo-montage par un texte, posté le 29/12/2008 à 16h45 dans les commentaires de l’article « Gaza, «choc et effroi» » publié par Les blogs du Diplo le 28/12/2008.


Source : Vigile.net

Une vidéo, contenant le même photo-montage, est publiée par Dailymotion le 19/01/2009 et par Strimoo le 20/01/2009.

Voir aussi : Résistance à la colonisation de la Palestine, Monde en Question.