Palestine en Question

Blog dédié à la Palestine

Le sel de la mer

Il est des films qui marquent et laissent en vous une trace qui ne s’oublie pas. Soit par le sujet qu’il traite, la manière dont il l’aborde ou l’effet profond qu’il instille en chacun. L’an dernier, Le Sel de la mer faisait incontestablement partie de cette catégorie-là et imposa sa surprise aux trop rares qui le virent. Puisqu’il racontait la douleur des territoires occupés, leur absence d’horizon mais aussi la révolte qui en découlait. Parce que simplement il exprimait l’humanité insoutenable d’une condition à l’aune des murs de sa prison. Dès lors, sa sortie en DVD aidant, il semblait opportun de revenir sur le très beau film d’Annemarie Jacir et d’en dégager quelques uns des bienfaits. Et assurément le plus important de ses traits, le portrait qu’il dresse d’une Palestine occupée et meurtrie.

Le présent d’une Palestine emmurée

En narrant le devenir de Soraya, jeune américaine désireuse de renouer avec le sol que sa famille avait dû quitter, Le Sel de la mer impose de suite sa volonté : montrer la difficulté quotidienne de vivre dans les territoires occupés et le dénuement moral qui en résulte. En effet, pour les êtres qui vivent à Ramallah comme va le faire Soraya, l’espoir ne passera que par une radicalité subie chaque jour et le désespoir de promesses incertaines. Promesses que chaque jour les contrôles, les attentes et les humiliations viennent démentir, anéantir. Car avant d’être un drame amoureux sensible et un film remarquable sur la difficulté d’être, Le Sel de la mer se donne pour mission de raconter ses frontières physiques et mentales, ses douleurs d’être perpétuellement enfermé. Ainsi, au soleil d’un Proche Orient où tout parait réuni pour bien vivre, ce métrage documente le quotidien dramatique d’un peuple harassé et son impossibilité à échapper. Donnant à comprendre les dérives sans jamais les excuser, le film à tendance biographique qu’Annemarie Jacir signe s’impose incontestablement comme l’une des plus intenses fictions sur le sujet. Par sa faculté à narrer la claustration, la désolation mais aussi l’insécurité. Et tout autant par ses capacités à ouvrir des brèches dans cette réalité. Par l’illégalité certes mais surtout par le surgissement d’une liberté arrachée au sort et qui mènera les protagonistes de l’Histoire à aller se baigner.

Car Le Sel de la mer a pour richesse essentielle de ne jamais désespérer, de rechercher l’horizontalité et plus encore de guetter la mer comme la métaphorique promesse d’une vie heureuse, rêvée. Et c’est justement cet idyllique état qu’atteindra le film à mesure que sa folle escapade réussit. Or, si l’envol de ses personnages mène le métrage jusqu’au rivage d’une mer qu’ils n’avaient jamais vus, il pose aussi la géométrie d’une soumission, l’implacable de leur occupation. Dès lors, le Sel de la mer n’est plus seulement le récit d’évasion qu’il engage à ses débuts ou celui d’une libération, c’est aussi l’affirmation d’une identité sur fond de mémoire et de ressenti.

Le souvenir du conflit et la douleur d’une identité refusée

A mesure qu’il se construit, Le Sel de la mer laisse en effet une place considérable à l’identité, son élaboration et la passion qu’elle imprime. Ainsi, dés son ouverture, Soraya décide par fidélité aux siens et par quête personnelle, quitte les Etats-Unis et Brooklyn pour connaître ses racines et renouer avec une identité qu’elle n’a finalement jamais connue en tant que fille d’expatriés. De fait, directement héritière d’un exil vécu dès la naissance de l’Etat hébreux et d’un conflit rapporté par ses proches, elle se confronte avec violence à une réalité bien éloignée de ce qu’elle a connu jusqu’alors. Mais tout autant, elle avance en se reportant aux mémoires de ceux qui lui racontent ou lui ont raconté ce qu’était la Palestine, cette patrie qu’ils furent obligés de quitter ou dans laquelle ils sont forcés de rester, engoncés et malmenés. Ainsi, en prise avec l’écriture de son passé et des racines qui la déterminent, Soraya élabore sa double identité, schizophrène dans un sens et outrée surtout par les conditions de vie qu’elle s’est in fine choisie.

En effet, à chaque minute, le conflit affleure et se cristallise dans la monstration d’existences empêchées de vivre pleinement. Et tout autant s’affirme-t-il plus fort dans la parenthèse de liberté qu’il ouvre une fois les check-points franchis. Le Sel de la mer s’emplit effectivement d’une charge politique intense et radicale au fur et à mesure que nos palestiniens échappés et clandestins s’approchent de la maison qui fut celle des parents de Soraya, maison qui est aujourd’hui occupée par une jeune artiste israélienne. De fait, le métrage d’Annemarie Jacir développe alors toutes les rancoeurs, les souffrances et les clichés qui empoisonnent les relations entre israéliens et palestiniens à l’aune du droit de propriété de cette demeure modeste mais fantasmée.

Situant cette demeure comme un lieu métaphorique à posséder absolument et vis-à-vis duquel on exhibe la mémoire de sa propriété, Le Sel de la mer exhibe alors toute l’intime sensibilité à une lutte déjà vieille de plus de six décennies. Et l’aventure de Soraya dans les ruines de Dawayma donne une ampleur encore plus grande à la tragédie historique qui s’est nouée dans ces contrées. Parce qu’elle fait écho à l’un des plus grands massacres subis par les palestiniens en 1948 mais surtout parce qu’elle se double de la perspective heureuse d’une naissance à venir, celle qui potentiellement réconcilierait tout. Le passé et le présent, Israël, la Palestine et son avenir.

De fait, digne continuateur du triptyque Paradise Now – Désengagement -Free zone et contre-point complémentaire à Une Jeunesse comme les autres, Le Sel de la mer gagne son pari de raconter le conflit israélo-palestinien avec sincérité, intensité et poésie. Le tout sans jamais nier son rapport à la constitution des identités et leur impossible nécessité. Par conséquent, précieux et d’une belle sagesse, Le Sel de la mer contribue tout d’abord à enrichir le regard de cinéphiles et de citoyens qui sont autant de lointains spectateurs d’une insupportable terreur qui nous concerne définitivement. Mais plus encore, révèle-t-il la force du cinéma et son utilité dans l’explication d’un tel conflit et l’expression de ses différentes opinions, elles qui sont par trop caricaturées lorsqu’elles nous sont rapportées par d’autres médias. C’est donc pour cela que Le Sel de la mer impose son visionnage et procurera à ceux qui méconnaissent une telle situation le plus impactant des éclairages.

Jean-Baptiste Guegan
06/03/2009
Publié par DVDrama.

Lire aussi :
Acide Critique
AlloCiné
Les blogs du Diplo
CCIPPP
Dailymotion
Un écho d’Israël
Le MondeInfo-Palestine
RFI
Télérama

Rédiger votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :