Palestine en Question

Blog dédié à la Palestine

"Nous n’avons plus que la persévérance"

«Depuis plus de soixante ans que je vis avec les Israéliens,
tout ce que je peux vous dire c’est qu’il n’y a plus qu’à espérer
que Dieu mette un peu de pitié dans le cœur des juifs.
»
Abu Issam, Eglise de la Nativité, Nazareth.

Gaza est bombardée depuis vingt et un jours et enfin il y a quelque chance que la septième guerre israélo-arabe se termine. Plus de 1 100 Palestiniens ont été tués, dont un tiers d’enfants, et plus de 5 000 ont été blessés. Israël a utilisé des gaz au phosphore, attaqué des ambulances et des hôpitaux, détruit les immeubles de l’UNRWA et de la Croix-Rouge, limité l’entrée de l’aide humanitaire et semé la terreur dans chaque maison, dans chaque rue de la bande de Gaza. La cause palestinienne est de retour sur la scène internationale, et partout dans le monde des foules sont descendues dans les rues pour demander l’arrêt de cette guerre. L’horreur de Gaza a aussi bien galvanisé la rue arabe que les manifestants en Europe, aux Etats-Unis, en Amérique latine et en Australie. Mais malgré toutes ces manifestations, la rage des peuples n’a eu aucun impact sur les gouvernements. Personne, pas même l’Onu, n’a la volonté de mettre fin à cet enfer…

Les derniers sondages en Israël révèlent que 91 % des Israéliens approuvent leur gouvernement. Les Etats arabes, eux, ont été incapables d’adopter une position commune. Ils se demandent lequel d’entre eux va endosser la cause palestinienne, l’Egypte, la Syrie ou le Qatar, les modérés ou le camp de la résistance. La moitié des Etats arabes participent à une réunion extraordinaire sur le conflit à Doha quand d’autres insistent pour en discuter en marge du sommet économique qui se déroule au Koweit. La tragédie palestinienne et leur impuissance à y mettre fin illustre la faiblesse de leur pouvoir dans la région, ainsi que la fin du nationalisme arabe en tant que concept significatif. Entre-temps, le chef de l’Autorité palestinienne a déclaré que c’était le Hamas qui avait provoqué cette attaque ; ainsi la victime excusait-elle son bourreau. Il n’a eu aucune honte à dire que la résistance n’a plus de sens dès lors qu’elle cause la mort de civils. Il semble avoir oublié que la cause palestinienne n’a pour elle que sa résistance légitime. C’est cette résistance contre l’occupation, contre la dépossession depuis plus de soixante ans, contre un processus de colonisation dont chacun connaît l’illégalité, que le monde civilisé a condamné – à défaut de le sanctionner -, qui fait la différence. Elle met au premier plan la cause palestinienne, devant les milliers de personnes tuées au Congo, les morts quotidiennes en Somalie ou encore les victimes du tsunami.

Cela fait deux semaines que je suis arrivée à Birzeit, dans le bantoustan de Ramallah en Cisjordanie. Je ne m’attendais pas à une guerre, je voulais voir ma famille, poursuivre mon travail à l’université de Birzeit, conserver le lien entre l’intérieur du pays et l’extérieur, bref l’éternelle histoire palestinienne. Je suis arrivée et j’ai trouvé les gens collés à la télévision, regardant se dérouler l’horreur à Gaza, aussi impuissants que des habitants de Boston, d’Australie ou de Londres. La guerre nous a rendus fous de rage, elle m’a rendue folle de rage, mais le pire a été le constat d’impuissance partout autour de moi. Les gens manifestent dans les rues, à Ramallah et à Birzeit, aujourd’hui tout autant que lorsqu’Al-Qaradawi appelait tous les musulmans à faire de vendredi dernier un jour de colère et de solidarité avec Gaza. Mais les manifestants qui sont descendus dans les rues de Ramallah n’étaient pas plus nombreux que ceux de Boston, sans parler de ceux de Sakhnin et de Baqa à l’intérieur de la Ligne verte. Aujourd’hui il y a eu des manifestations partout en Cisjordanie après la mort de Saaed Siam hier à Gaza. Comme tous les autres téléspectateurs du monde, j’ai vu des jeunes lancer des pierres aux soldats israéliens à Jérusalem-est et à Hébron. Ceux qui lançaient des pierres au checkpoint de Kalandia se sont trouvés devant un nouveau mur érigé devant le mur existant. Israël continue à construire des prisons dans des prisons.

Même si M. Khaled Mechaal, le chef du Hamas à Damas, en appelle à une troisième intifada dans toute la Palestine, rien de tel ne s’est produit. La colère de la Cisjordanie, qui a nourri la première et la seconde intifada, est tombée, ou plutôt elle a été étouffée dans l’œuf. La police palestinienne veille à ce qu’il n’y ait aucun foyer de rébellion. Durant la manifestation de Ramallah, les policiers, armés de mitrailleuses, formaient des rangs encore plus impressionnants que dans les manifestations londoniennes. Les membres des services secrets, vêtus de blousons bleus fournis par l’aide américaine, étaient omniprésents. Toute une troupe de partisans du Fatah ne dépassant pas 18 ans a envahi les rangs des manifestants. Et dès que quelques jeunes se sont mis à scander le nom de Hamas ils ont été arrêtés. Quand les étudiants palestiniens ont manifesté à l’université de Birzeit et ont commencé à marcher en direction du checkpoint Atarah, les forces de sécurité palestiniennes leur ont tiré dessus et les ont battus. Toutes les caractéristiques d’une police d’Etat sont en place, avant même qu’un Etat palestinien puisse prétendre à l’existence.

La lutte des Palestiniens se délite et la Palestine risque de n’être bientôt plus qu’une idée. Les gens sont en colère mais sans direction, sans leadership. Tout le monde essaie de faire quelque chose, mais rien ne se transforme en projet d’émancipation politique. J’ai attendu la mobilisation des partisans du Hamas en Cisjordanie, mais ils sont tous dans la clandestinité, ou alors dans les prisons palestiniennes, ou dans les camps israéliens. Depuis le 27 décembre, l’Autorité palestinienne a arrêté plus de sept cents sympathisants du Hamas, parmi lesquels les maires et les députés du Conseil législatif palestinien (CLP). J’étais persuadée que les forces progressistes se manifesteraient, mais jusqu’ici elles n’ont fait qu’adresser un message de soutien à Gaza. Les intellectuels ont continué à se réunir, ils ont appelé à l’unité nationale, condamné la corruption, le silence et même la complaisance de l’Autorité palestinienne. Beaucoup ont encore une fois demandé la dissolution de l’Autorité palestinienne, d’autres ont à nouveau souligné les graves conséquences économiques et politiques qu’entraînerait une telle décision. Personne ne veut prendre le risque d’un scénario à l’irakienne, d’une guerre civile qui ne dit pas son nom. Les forces progressistes se sont jointes à Mustafa Barghouti (chef de l’Initiative palestinienne), aux représentants du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), du Parti du peuple et du Front démocratique de libération de la Palestine (FDLP) ainsi qu’à des groupes islamiques indépendants pour condamner la guerre d’Israël à Gaza. Les manifestations hebdomadaires à l’intérieur de la Ligne verte étaient stimulantes mais aucun lien n’a été établi entre l’intérieur et l’extérieur de la Ligne verte pour vaincre le Mur. Eux aussi manquent de direction ou de leadership.

Car malgré tous les sacrifices à Gaza, les manifestations en Cisjordanie et le soutien populaire international que les atrocités de Gaza ont suscité, il semble qu’il n’y ait pas de force politique capable ou désireuse de mettre à profit cette mobilisation pour bâtir un projet politique clair. Il n’y a pas d’organisation équivalente à la Direction nationale unifiée qui a mené la première intifada. A la différence de la seconde intifada, il n’y a pas de brigade Al-Aqsa, ni de tentative de la part de militants du Fatah de se constituer comme parti national distinct du Fatah en tant qu’institution gouvernante dominante pour conserver leur indépendance politique. Le Hamas demeure le seul parti de masse de la résistance, aux côtés de tous ceux qui croient encore en la résistance. Mais il est trop pris par la guerre, par ses deux guerres, celle contre Israël et celle contre l’Autorité palestinienne. Les autres partis sont trop faibles ou dans l’incapacité de s’organiser. Tout comme le Palestinien moyen, ils ne peuvent qu’exprimer leur colère et leur désillusion par des manifestations.

Pendant ce temps, l’Autorité palestinienne continue de négocier sur les ruines du processus de paix d’Oslo. Elle se débrouille grâce à l’aide militaire américaine, à son allégeance à la domination israélienne et aux promesses arabes de financer les salaires des soldats, des travailleurs et des policiers palestiniens. Elle a spéculé sur le silence d’un tiers de la population qui dépend des revenus qu’elle lui procure, sur la peur de beaucoup de voir se répéter l’invasion israélienne de 2002 et sur la capacité de sa police à réduire l’opposition au silence. Elle s’est convaincue et en a convaincu d’autres qu’elle est dirigée par un groupe de technocrates ayant pour unique objectif de prouver que les Palestiniens sont capables d’assurer leur propre sécurité et de s’auto-administrer. Ils adhèrent totalement à la directive de Dayton : le rôle de la police palestinienne n’est pas de combattre l’occupation mais de maintenir l’ordre en Palestine. L’Autorité attend toujours l’Etat qui lui a été promis, sur une terre morcelée, avec un peuple divisé et des villages assiégés. Mais c’est un Etat qui, s’il existe un jour, formera une confédération avec la Jordanie. D’ici là, elle attend l’effondrement du Hamas, ou sa reddition. Elle attend d’aller reconstruire Gaza et d’organiser de nouvelles élections financées par l’Union européenne. Sa direction n’a jamais paru si fragile, sa légitimité aussi éphémère.

La situation dans le monde arabe ne fait qu’accentuer la gravité de la situation palestinienne. Où que j’aille, quelle que soit la personne avec qui je parle, domine un sentiment d’incrédulité dans le niveau de division entre les pays arabes. A force de tergiverser pour savoir lequel d’entre eux prendra en charge le dossier palestinien, les pays arabes se sont décrédibilisés encore plus dans la région et sur la scène internationale. M. Recep Tayyip Erdogan en Turquie a été plus critique envers Israël qu’aucun dirigeant arabe. M. Mahmoud Ahmadinejad en Iran a dû rappeler à l’Autorité que Gaza est d’abord palestinienne, ensuite arabe et enfin musulmane. La Turquie et l’Iran reviennent jouer un rôle de premier plan au Moyen-Orient, tandis que l’Egypte et l’Arabie saoudite sont dépassés, dans leur tentative de surmonter la peur d’un islam politique qu’ils ont pourtant créé. Cette guerre sonne le glas d’une politique arabe crédible. Elle inaugure un nouveau Moyen-Orient dont la pensée et le discours restent à découvrir. Un nouveau Moyen-Orient que même M. Bush n’a jamais imaginé.

Le sens même de la politique a changé. Ce qu’elle signifie, ce qu’elle cherche à faire, comment elle va libérer : rien n’est évident désormais. Partout règnent le désespoir et l’impuissance. Les gens d’ici n’en savent pas plus que quiconque à l’étranger. En fait, personne ne sait ce qui se passe ni ce qui va se passer. Tout le monde attend. Quoi, ce n’est pas encore très clair : que Dieu ait pitié ? Que ceux qui sont au pouvoir restent ou partent ? Que ceux de l’extérieur prennent les choses en main ? Qu’un leader miraculeux émerge ? Que M. Obama trouve une solution ? Personne ne sait. Nous revenons à une politique de la persévérance, que les Palestiniens n’ont jamais abandonnée. Cette fois-ci, pourtant, nous n’avons plus qu’elle. Est-ce suffisant ? Est-ce que nous n’allons pas perdre encore plus, n’y a t-il rien d’autre au service de la cause que la seule persévérance ?

Ici, personne ne sait. Personne ne sait et personne en ce moment ne veut savoir. Tout ce qu’on veut c’est la fin de cette guerre, que la vie redevienne à peu près normale dans cet éternel état d’exception, pour que cette farce du processus de paix et son Etat palestinien promis soient enterrés, pour qu’une nouvelle génération émerge. Ce que les Palestiniens savent c’est qu’ils sont ici pour rester, sur cette terre atomisée, dans ces bantoustans fragmentés, avec ces oliveraies qui résistent, jusqu’à ce que la miséricorde divine descende sur eux.

Leila Farsakh
Birzeit, 17 janvier 2009
Publié par Le Monde diplomatique

Rédiger votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :