Palestine en Question

Blog dédié à la Palestine

La guerre de Gaza et l’impasse politique israélienne

La guerre menée par l’armée israélienne à la population de Gaza du 27 décembre au 18 janvier, soit durant trois semaines, a laissé derrière elle sans doute près de 1 500 morts et des milliers de blessés, et dévasté le territoire. Cinq mille maisons ont été détruites et vingt mille endommagées, de même qu’une grande partie des entreprises industrielles ou agricoles et des infrastructures les plus élémentaires.

La population de ce territoire déjà soumis depuis des années à un blocus draconien est maintenant en grande partie réduite à vivre dans les ruines, dépendant de l’aide humanitaire que les autorités israéliennes ou égyptiennes ne laissent passer qu’au compte-gouttes. L’opération a sans aucun doute encore augmenté la haine que les Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie, mais aussi les autres populations arabes, peuvent nourrir à l’égard des dirigeants israéliens et aussi de certains dirigeants arabes. Et elle a certainement aussi grandi le prestige du Hamas, que les dirigeants israéliens prétendaient ainsi anéantir.

« Plomb durci » contre la population gazaouie

La raison invoquée pour cette opération baptisée « plomb durci » a été, on le sait, les roquettes tirées par des combattants palestiniens du Hamas contre le territoire israélien. Ces attaques visant la population civile israélienne – bien sûr injustifiées, mais de toute façon artisanales et dérisoires – ont fourni le prétexte à un bombardement massif de la population de Gaza avec les moyens les plus modernes et les plus meurtriers. L’armée israélienne, malgré les mensonges officiels, a choisi sciemment une riposte « disproportionnée » – suivant en cela les théories de certains stratèges israéliens et américains selon lesquels il faut attaquer de façon imprévisible, et apparemment irrationnelle, pour frapper d’autant plus de terreur la population visée.

« Aucun pays ne peut accepter sans réagir que l’on tire ainsi contre son territoire », ont répété à l’envi les représentants israéliens pour justifier leur offensive par les tirs de roquettes du Hamas, oubliant sans vergogne le fait que, réciproquement, aucun peuple ne pourrait accepter de continuer à vivre en état de siège comme le fait le peuple gazaoui, depuis des années, sans perspective d’en sortir. C’est la politique des dirigeants israéliens qui fait naître sans cesse de nouvelles vocations de combattants prêts à prendre les armes pour tenter de lui répondre, que ce soit par des tirs de roquettes ou par des attentats-suicides, que ce soit sous l’étiquette du Hamas ou celle des différentes « brigades de martyrs » créées pour cet objectif. Les dirigeants israéliens le savent très bien, mais visiblement, cela ne les gêne pas.

Qu’il s’agisse des dirigeants de Kadima, Ehud Olmert et Tzipi Livni, ou du travailliste Ehud Barak, les dirigeants israéliens oublient aussi de rappeler que ce sont eux qui, en fait, ont rompu la trêve instaurée avec le Hamas et qui durait depuis six mois. Malgré cette trêve, l’armée israélienne a encore renforcé le blocus qu’elle imposait au territoire depuis que, en janvier 2006, les élections palestiniennes ont donné la majorité au parti islamiste, sanctionnant ainsi le peuple palestinien pour son choix électoral. Dans une situation de plus en plus insupportable pour une population privée des ressources les plus élémentaires, ce n’est qu’après un bombardement de la bande de Gaza en novembre 2008, qui fit six morts et qui visait des responsables du Hamas, que les tirs de roquettes ont repris depuis Gaza contre le territoire israélien.

En lançant leur offensive le 27 décembre, les dirigeants israéliens n’ont donc fait que poursuivre une politique d’affrontement qui est la leur depuis longtemps et que cachait bien mal la feuille de vigne d’un prétendu « processus de paix » de toute façon fantomatique. Ils l’ont fait aussi pour une raison plus conjoncturelle, du fait de l’approche des élections législatives israéliennes du 10 février, les principaux partis n’envisageant la compétition politique dans ce cadre que sur le thème de la « fermeté ».

En effet, face à une opinion israélienne que tous ont contribué à convaincre qu’il n’y a d’issue pour elle qu’en menant une guerre à outrance contre tous ses voisins, aussi bien le parti travailliste que Kadima, le Likoud ou le parti d’extrême droite Israël Beitenou de Lieberman se sont fait concurrence en cherchant à se montrer chacun plus dur et plus dénué de scrupules dans l’usage de la violence à l’égard des Palestiniens. C’était faire payer aux hommes, aux femmes et aux enfants de Gaza le prix d’un calcul ignoble, dans lequel plus de sang était répandu et plus les responsables du massacre escomptaient récolter de voix.

Le résultat est que, côté israélien, cette opération militaire a sans doute encore contribué à l’évolution à droite dont ont témoigné les élections. Celles-ci ont été marquées par les progrès de l’extrême droite raciste de Lieberman, mais aussi du Likoud de Benyamin Netanyahou qui lui aussi a fait étalage de sa fermeté et même de son hostilité à la reprise du « processus de paix ». La « centriste » Tzipi Livni, tout en étant arrivée en tête, ne semble pouvoir constituer une majorité qu’en devenant l’otage de la droite voire de l’extrême droite. Enfin le parti travailliste de Barak a recueilli le plus mauvais résultat de son histoire bien que son chef ait cherché lui aussi, en tant que ministre de la Défense, à faire étalage de sa détermination guerrière : en n’imaginant de concourir que sur ce terrain, son parti ne pouvait qu’être dépassé sur sa droite.

Avec l’offensive contre Gaza, les dirigeants israéliens ont démontré encore un peu plus leur cynisme, leur mépris des peuples voisins et même simplement de la vie, au point d’entacher dans le monde entier, y compris dans des pays où l’opinion lui est traditionnellement favorable, l’image d’un État contre lequel pèsent maintenant des accusations de crimes de guerre. Au terme de ces élections, et quelle que soit la coalition gouvernementale qui en sortira finalement, ils apparaissent plus prisonniers que jamais de leur logique jusqu’au-boutiste. S’enfonçant un peu plus dans une politique qui mène à l’impasse, ils y enfoncent malheureusement avec eux la population israélienne et l’ensemble du Moyen-Orient. Mais visiblement, cela non plus ne gêne guère des dirigeants dont la perspective se limite au dérisoire jeu politicien israélien et aux gains qu’il peut procurer, régulièrement compromis dans des affaires de corruption personnelle et qui se sentent assurés, quoi qu’ils fassent, du soutien des USA et de l’aide financière américaine.

Un changement dans la politique impérialiste ?

Il est vrai que la politique israélienne dépend de facteurs internationaux au moins autant que des facteurs politiques locaux. Elle dépend d’abord évidemment de la stratégie de l’impérialisme américain dans toute la région moyen-orientale. Chacun s’interroge donc aujourd’hui sur ce que signifiera pour celle-ci, et notamment pour le conflit israélo-palestinien, le « changement » promis par le nouveau président américain Obama. Mais ce changement, si même changement il y a, semble devoir mettre longtemps à se concrétiser.

La recherche d’un règlement des conflits par le biais d’un accord avec l’Iran, déjà évoquée sous l’administration Bush par le même secrétaire d’État à la Défense Robert Gates qui fait aujourd’hui partie de l’équipe Obama, ne va pas pour l’instant au-delà de quelques ouvertures verbales. D’autre part, malgré tous les commentaires en ce sens, les dirigeants américains savent fort bien que l’explication du conflit entre Israël et les Palestiniens et d’autres mouveme
nts arabes ne peut se résumer à l’action de l’Iran ou de la Syrie et à leur soutien plus ou moins important au Hamas ou au Hezbollah libanais. Le conflit israélo-palestinien demeurerait évidemment même si, dans le cadre d’un accord avec les États-Unis, la Syrie et l’Iran décidaient de ne plus soutenir ces derniers mouvements ; et c’est bien pourquoi Obama est resté bien peu prolixe sur la façon dont il envisage de le régler.

Bien entendu, la guerre de Gaza et les élections israéliennes passées, des voix se font entendre pour réclamer la remise sur pied d’un « processus de paix ». Les dirigeants européens, mais aussi et surtout les dirigeants arabes les plus liés à la politique impérialiste comme l’Égyptien Moubarak ou les dirigeants saoudiens, inquiets du danger de déstabilisation que fait peser sur eux la politique israélienne, ou bien les dirigeants turcs, proposent invariablement leurs bons offices pour une négociation. Cependant on sait maintenant depuis des années que le but d’une telle négociation baptisée « processus de paix » n’est pas vraiment la recherche d’un règlement, mais seulement d’en entretenir l’illusion.

L’idée qu’au terme d’infinies négociations les dirigeants américains et israéliens pourraient être convaincus de changer de politique fournit en effet un alibi aux dirigeants palestiniens et arabes les plus prêts à collaborer avec le régime israélien et à soutenir la politique impérialiste. Mais quant à faire que ce « processus de paix » puisse aller jusqu’à la paix tout court, il y a un grand pas. Il faudrait pour cela que les dirigeants israéliens, par exemple, soient prêts à affronter la partie la plus extrémiste de leur opinion, notamment celle constituée par les colons de Cisjordanie et tous ceux qui les soutiennent au nom de l’idéologie du « grand Israël ». On ne peut guère s’attendre à un tel courage politique de leur part, et il est tout aussi peu probable que la nouvelle administration américaine exerce sur les dirigeants israéliens les pressions nécessaires pour les y forcer – ce dont elle aurait cependant tout à fait les moyens, la survie du régime israélien dépendant en très grande partie du soutien américain.

Avec le temps, il devient même de plus en plus difficile de convaincre les dirigeants israéliens de rétablir un « processus de paix » – sans même parler d’aller vers la paix elle-même. Dans leurs assauts de démagogie et de surenchères guerrières, ils sont de moins en moins capables de payer le prix de concessions, même purement verbales et ne les engageant à rien. On peut donc se demander si le « changement » promis par Obama par rapport à la politique de son prédécesseur Bush ira jusqu’à chercher à les en convaincre et à prendre le risque d’en payer lui-même le prix politique, par exemple en devant affronter le lobby favorable à Israël qui, invariablement, dénonce toute pression sur celui-ci comme un « lâchage » inadmissible de cet allié des États-Unis. Et, bien plus fondamentalement encore, il faudrait pour cela que l’impérialisme américain juge qu’il y a intérêt, et c’est bien tout le problème.

Un allié privilégié pour l’impérialisme

Le projet sioniste d’établir une colonie juive en Palestine, au cœur d’une région économiquement sous-développée et d’une population arabe traversée comme les autres par des aspirations nationales et sociales, n’a pu réussir en son temps que parce qu’il a coïncidé avec les intérêts impérialistes. L’impérialisme britannique d’abord, projetant d’établir sa domination sur une région qu’il voulait soustraire à l’empire ottoman, a accordé son soutien à « un foyer national juif en Palestine » par la fameuse déclaration Balfour de 1917. L’impérialisme américain a pris son relais à partir de 1948, d’abord en appuyant la création d’Israël puis en soutenant invariablement, depuis plus d’un demi-siècle, cet État et sa politique.

Il n’y a évidemment là rien de fortuit. Israël n’est certes pas le seul État allié de l’impérialisme au Moyen-Orient. Au fond, tous les États de la région le sont à des degrés divers. L’Arabie saoudite et les Émirats, l’Égypte et la Jordanie, par exemple, le sont particulièrement pour l’impérialisme américain. Mais Israël est le seul État qui peut appuyer cette alliance sur un consensus profond de sa population. En grande partie d’origine européenne, disposant d’un niveau de vie supérieur à celui de tous les pays voisins, vivant dans un État dont la création même au cœur du monde arabe reste contestée, celle-ci se sent pour toutes ces raisons dans une situation de population assiégée. Toute la politique de ses dirigeants, depuis la création d’Israël, a d’ailleurs visé à entretenir ce sentiment, en recourant à la fois à une politique d’affrontement et à un arsenal idéologique mêlant le nationalisme et un sentimentalisme lié à l’histoire juive, le messianisme religieux et les références bibliques, ou tout simplement le racisme anti-arabe et le culte de la force militaire, tout cela appuyé sur le maintien à tout prix du caractère exclusivement juif de l’État. Cela a fourni la base sociale de la politique de l’État israélien.

À la fois expression des appétits de sa propre bourgeoisie et en général de ceux de l’impérialisme dans la région, cette sorte de sous-impérialisme se montre d’autant plus agressif que sa base économique est plus limitée et son existence plus fragile. Par bien des aspects, la politique d’Israël se réduit à celle de l’état-major, où une grande partie des dirigeants politiques israéliens ont d’ailleurs commencé leur carrière, et d’une armée à laquelle l’État consacre une grande partie de ses ressources, sans compter l’aide déterminante que lui apportent les puissances occidentales. Cet état-major dispose de relais dans un personnel politique qui lui est lié, mais aussi par ce biais d’une base dans la population qu’il peut mobiliser dans des guerres successives, toujours sous prétexte de la défendre contre le danger extérieur.

Au-delà des raisons politiques conjoncturelles, c’est toute cette situation qui rend hypothétique un règlement du conflit israélo-palestinien et israélo-arabe en général. Les grandes lignes d’un règlement un peu durable sont connues : celui-ci impliquerait l’évacuation de la plus grande partie des territoires occupés depuis 1967 par Israël et une normalisation progressive des relations avec ses voisins, normalisation à laquelle ceux-ci sont prêts. Mais la politique agressive des dirigeants israéliens, la menace permanente qu’elle constitue contre tous les peuples et les États de la région pour les contraindre à accepter la situation d’une région balkanisée, colonisée et mise en coupe réglée par les grandes compagnies occidentales, pétrolières en particulier, sont bien trop utiles aux dirigeants impérialistes. Ils n’ont guère de raison d’envisager sérieusement de pousser les dirigeants israéliens à régler les conflits en cours et pour cela à en payer le prix politique auprès de la partie de l’opinion qu’ils ont contribué à convaincre de refuser toute concession.

Toute la politique des dirigeants israéliens et de leurs soutiens les amène ainsi à entretenir en permanence des conflits, qu’ils ne peuvent jamais vraiment gagner, mais qu’ils ne veulent pas non plus régler. Cette situation risque donc de perdurer, même s’il est possible qu’une nouvelle trêve soit conclue, qu’un mirage de « processus de paix » soit remis sur pied ou même qu’il y ait des tentatives de règlement partiel ou provisoire de certains conflits, comme les accords d’Oslo de 1993 en ont fourni l’exemple. La population israélienne continuera ainsi d’être mobilisée pour cette guerre permanente avec ses voisins, jouant le rôle peu enviable
de gardienne de l’apartheid à laquelle les Palestiniens sont de plus en plus condamnés, avec tout ce que cela implique pour elle de dégradation politique et morale. Il est triste de voir cette population, issue en partie des rescapés des camps de la mort nazis, accorder maintenant un crédit croissant aux démagogues racistes à la Lieberman qui prônent ouvertement une politique de « purification ethnique » à l’égard des Arabes.

Le développement des courants intégristes islamistes, comme celui du Hamas ou d’autres, au sein de la population palestinienne, n’est que la réciproque du même phénomène. Les dirigeants israéliens n’ont pas seulement encouragé les courants islamistes à leur naissance, afin de battre en brèche l’influence des dirigeants nationalistes palestiniens et pour tenter de contrer le soulèvement populaire de l’Intifada, mais toute leur politique a abouti à discréditer les dirigeants palestiniens qui étaient les plus prêts à s’engager avec eux dans la voie d’un « processus de paix ». Aujourd’hui, cette importance du Hamas, à laquelle ils ont eux-mêmes contribué, leur sert à justifier leur politique en prétendant, contre l’évidence, qu’ils n’ont pas d’interlocuteur possible du côté palestinien.

L’intérêt commun des peuples palestinien et israélien

Ainsi, depuis plus de soixante ans, le peuple palestinien paye très cher le fait de s’être trouvé à une sorte de carrefour des intérêts et de la stratégie de l’impérialisme. Il risque de continuer à le payer longtemps, que ce soit sous l’aspect des offensives meurtrières d’Israël, de la misère et de l’enfermement, ou bien de la dictature des courants islamistes et de la régression sociale qui l’accompagne. Il n’y a guère à espérer que les appels réitérés faits par les responsables palestiniens et arabes à l’ONU ou aux dirigeants américains et européens, qui n’en ont cure, puissent modifier cette situation. Il est vrai que de ce point de vue, la population palestinienne ne semble guère avoir d’illusion et semble surtout déterminée à tenir quoi qu’il arrive, comme elle le fait depuis soixante ans, convaincue qu’un jour ou l’autre l’histoire lui donnera raison.

En attendant, la clé de la situation est bien dans la population israélienne dont ses dirigeants ont un besoin essentiel pour mener leur politique militariste et pour garder leur crédibilité d’alliés de l’impérialisme. En fait, cette population israélienne ne supporte d’ailleurs d’être enrôlée dans des guerres que parce qu’à chaque fois ses dirigeants lui promettent qu’elles vont être rapides et qu’elles régleront définitivement les problèmes. Mais comme on l’a vu dans les différentes guerres menées au Liban, comme on l’a vu aussi lors de la première Intifada, le prolongement du conflit et l’absence du succès promis font naître rapidement les critiques, voire la révolte d’une partie des soldats. C’est pourquoi l’état-major cherche à mener des offensives évitant les pertes israéliennes et pas trop prolongées dans le temps. Mais elles sont aussi peu efficaces et ne peuvent éviter que les problèmes ressurgissent rapidement ensuite.

Il existe heureusement au sein de la population israélienne des femmes et des hommes qui, malgré toute la pression qui les entoure, militent courageusement contre la politique de guerre de leurs dirigeants. À chaque conflit où on les appelle à se battre contre le peuple voisin, des soldats refusent même de servir. Même si c’est une très petite minorité, elle mérite d’être saluée car au fond, comme bien souvent dans ce type de situation, c’est cette minorité qui indique une voie.

En effet il n’y aura pas d’issue à la situation actuelle tant que les dirigeants israéliens pourront trouver, au sein de leur population, un appui de masse pour leur politique de guerre. Or il n’est pas dit qu’ils le trouvent toujours car la situation est au fond insupportable aussi, à plus ou moins long terme, pour la population israélienne elle-même. Tôt ou tard, celle-ci devra comprendre qu’il n’y a pas d’avenir pour elle si elle ne trouve pas la voie et les moyens de vivre en paix et de coopérer avec les peuples voisins, dans le plein respect de leurs droits.

Cela signifiera bien sûr, pour la population israélienne, rompre avec la politique impérialiste que ses dirigeants lui ont toujours dictée. Mais c’est son intérêt, tout comme c’est l’intérêt des Palestiniens, et de tous les peuples victimes de la politique des dirigeants d’Israël, de préparer à leur façon une telle rupture en refusant d’assimiler la population de ce pays à la politique que lui imposent ses dirigeants.

Lutte de Classe n°118
16 février 2009
Publié par Union Communiste Internationaliste.

Rédiger votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :