Palestine en Question

Blog dédié à la Palestine

Les israéliens ont perdu politiquement et idéologiquement cette guerre

Algérie News : Au 19e jour de l’intervention militaire israélienne qui se soldeprovisoirement – par un millier de morts et des milliers de blessés, essentiellement civils –, quelle est l’analyse que vous faites, personnellement, ainsi que votre organisation, l’UJPF ?

Pierre Stambul : D’abord, ce qui se déroule est un crime de guerre et même un crime contre l’humanité. Pendant des années, une propagande insidieuse a persuadé les Israéliens que le Hamas était une organisation terroriste indéfendable et que les habitants de Ghaza étaient des barbares.

La même propagande s’est déchaînée à propos des «pauvres» habitants de Sderot vivant dans la terreur. En réa-lité, Sderot est une ville très pauvre avec 40% de chômeurs et une population d’origine sépharade.

Contrairement à ce que déverse la propagande, 500 habitants de Sderot (sur une ville de 20 000 habitants) ont signé avec des Ghazaouis un texte pour vivre ensemble en paix. Au lieu de résoudre les problèmes sociaux, le gouvernement Olmert-Livni-Barak a instrumentalisé leur situation. Ces gens sont des criminels qu’il faut juger pour leurs crimes.

Tous les partis politiques sionistes (y compris le Meretz qui se dit de gauche et pacifiste) ont été prévenus 48 h à l’avance de l’attaque contre Ghaza et l’ont approuvée.

95% des Israéliens juifs (les Palestiniens n’ont pas été consultés) ont approuvé le principe d’une attaque et 42% ont approuvé l’invasion terrestre. C’est vraiment une preuve de la dégénérescence morale et de la névrose collective que dénoncent les anticolonialistes israéliens.

Tzipi Livni est allée demander le «permis de tuer» chez Sarkozy et chez Moubarak et elle l’a obtenu.

La propagande israélienne («nous sauvons le peuple palestinien du Hamas») est obscène. Ils ont expulsé le représentant de l’ONU (Richard Falk) et les journalistes pour que la tuerie se déroule sans témoin.

L’expédition militaire tourne au génocide et c’était prémédité. L’Etat d’Israël se comporte à la fois en Etat voyou et en Etat criminel. Ses anciens dirigeants (Begin ou Shamir) étaient des terroristes. Les nouveaux n’en valent pas mieux.

Algérie News : Cette agression est intervenue soudainement même si les dirigeants ont prétexté que Hamas avait refusé le renouvellement de la trêve conclue indirectement entre les deux parties. La trêve dans les faits n’était-elle pas déjà violée par Israël qui ne tenait pas aussi les engagements qu’elle impliquait ? Pourquoi donc a-ton chargé Hamas ?

Pierre Stambul : Dans cette guerre, Israël a toujours refusé de parler du droit. Le blocus de la bande de Ghaza est défini par le droit international comme un crime de guerre. Pendant des mois, quelques camions seulement parvenaient à Ghaza quand il en faut 500 par jour. On manque de tout à Ghaza : de nourriture, de carburant, d’eau, d’électricité, de médicaments. 4 camarades de Marseille (dont 2 de l’UJPF) ont pu aller à Ghaza en février 2008 et leur témoignage était accablant. Aucun statu quo n’était possible avec le blocus. Et le droit à résister à l’oppression figure dans la déclaration des droits de l’homme. Malgré cela, le Hamas a respecté une trêve qu’Israël a violée en permanence (1 250 morts entre 2005 et 2008 et 20 morts, victimes d’assassinats «ciblés» en novembre). L’argument concernant la rupture de la trêve par le Hamas ne tient pas. Les raisons israéliennes sont ailleurs.

Il y a bien sûr pour chaque parti de la coalition au pouvoir à Jérusalem l’idée que chaque mort à Ghaza va lui apporter des voix aux élections. Ainsi Ehud Barak qui était en perdition dans les sondages est remonté. Plus fondamentalement, les Israéliens ne veulent pas la paix, ils veulent la destruction de la Palestine. Ils ont dans la tête de séparer définitivement la bande de Ghaza de la Cisjordanie (en la donnant à l’Egypte). Sinon, les Palestiniens seront majoritaires entre Méditerranée et Jourdain dans quelques années. Enfin, Israël a toujours prétendu que les Palestiniens étaient les successeurs d’Hitler et qu’ils n’avaient pas de partenaire pour la paix. Cela leur permet de poursuivre l’occupation. Le premier résultat du crime commis à Ghaza, c’est la mise sur la touche (peut-être définitive) de l’Autorité palestinienne.

Les Palestiniens reprochent (à juste titre) à Mahmoud Abbas de faire des concessions qui ne mènent nulle part. A présent, Israël se retrouve face au Hamas et continue de dire qu’il n’y a pas de partenaire pour la paix. Ismaël Haniyeh a pourtant affirmé qu’il était prêt à reconnaître «l’entité israélienne» dans ses frontières d’avant 1967.

Algérie News : Il fut un temps où le mouvement pour la paix en Israël se manifestait avec force. Aujourd’hui, les médias répètent à l’envi que 95% de la population appuient cette offensive. Comment l’expliquez-vous à l’UJPF ?

Pierre Stambul : Michel Warschawski a cette image : les anticolonialistes israéliens sont une petite roue qui a pu, à un moment donné, entraîner la grande. Ainsi, en 1982, des centaines de milliers d’Israéliens sont descendus dans la rue pour protester contre l’invasion du Liban. Aujourd’hui, le complexe de Massada fonctionne à fond. Les sionistes «ont peur de ne plus avoir peur». Ils ont besoin d’entretenir la peur de l’anéantissement et ils réussissent à faire croire à la grande majorité de la population que la violence absolue contre les Palestiniens est la seule solution. Il y a pourtant des signes de fracture et de doute dans la société israélienne.

La littérature et le cinéma présentent une société malade, violente, corrompue, pourrie intérieurement. Cette société ne garde sa cohésion que par la fuite en avant meurtrière du projet sioniste. Aux dernières élections municipales à Tel-Aviv, un candidat antisioniste, refuznik (= objecteur face à l’armée), membre du Hadash (le parti communiste, seul grand parti à la fois palestinien et juif) et ayant de nombreux Palestiniens de Jaffa sur sa liste a obtenu … 35% des voix. Il a eu les voix des jeunes qui ont consciemment voté pour un refuznik et celles des «bobos» qui aspirent à une vie normale dans une société normale, loin des délires sur la colonisation et le «Grand Israël». Ce consensus guerrier est peut-être plus fragile qu’on ne croit.

Algérie News : En même temps qu’on assiste à ce reflux, on voit apparaître de nouvelles voix juives et israéliennes, cette fois sur des positions antisionistes. Pourriez-vous retracer pour nos lecteurs cette émergence progressive des militants pour une paix vraiment juste, comme c’est le cas de l’UJPF.

Pierre Stambul : Les anticolonialistes israéliens sont des gens merveilleux. Je les compare volontiers aux «porteurs de valise» français pendant la guerre d’Algérie. On y trouve des journalistes (Amira Hass, Gideon Lévy…), des historiens (Ilan Pappé, Shlomo Sand …), des cinéastes (Avi Mograbi, Eyal Sivan, Simone Bitton…). Il y a des mouvements : le bloc de la paix (Gush Shalom) d’Uri Avnéry, le centre d’information alternative (Michel Warschawski et Nasser Ibrahim), les femmes en noir, les Anarchistes contre le Mur qui représentent la nouvelle génération, Taayush, les Rabbins pour la paix, les mouvements de refuzniks … et j’en oublie. Tous ces groupes ont constitué une coalition pour la paix et contre l’occupation. Ils réussissent à manifester à 10 000 en pleine guerre à Tel-Aviv.

L’UJPF se veut, entre autres, être un peu le porte-parole et le correspondant en France de ces anticolonialistes. Nous contestons totalement la prétention du Crif à parler au nom de tous les juifs. Nous contestons l’idée que le crime commis par l’Etat isr
aélien soit commis en notre nom. Nous sommes fiers d’être une composante juive dans le mouvement de soutien au peuple palestinien. Notre présence atteste que cette guerre n’est ni raciale, ni religieuse, ni communautaire : elle porte sur des questions essentielles, le refus du colonialisme, l’égalité des droits et la justice. L’UJPF dénonce aussi l’instrumentalisation de l’antisémitisme et du génocide pour justifier la destruction de la Palestine. Des mouvements semblables à l’UJPF existent dans de nombreux pays d’Europe et nous avons formé un réseau. Une internationale de juifs antisionistes (l’IJAN) vient de se créer.

Algérie News : Vous êtes vous-même d’origine juive, peut-on vous demander comment vous avez franchi le pas en adoptant des positions radicalement critiques de l’Etat israélien ?

Pierre Stambul : Mes parents sont arrivés d’Europe orientale en 1938. Ils étaient communistes. Ils ont été résistants. Mon père a été déporté et ma mère est la seule survivante de sa famille. Et puis, comme beaucoup, ils sont devenus très sionistes. Je suis né après la guerre. Adolescent, j’ai cru au sionisme. J’ai passé deux étés en kibboutz. La rupture a été progressive. Il y avait un décalage trop grand entre mes idées post-soixante-huitardes et la réalité israélienne. J’ai appris par ma famille israélienne (de droite) que la colonisation en 1967 était préméditée et se voulait irréversible. La rupture totale, c’est Sabra et Chatila. On ne peut pas avoir été éduqué avec la conscience de ce qu’est le proscrit enfermé et massacré dans son ghetto et ne pas voir qu’Israël était passé de l’autre côté du miroir. Il m’a fallu encore du temps pour découvrir “l’autre”, le Palestinien. Deux voyages récents en Cisjordanie m’ont marqué. Je vis le sionisme comme une perversion totale de l’idée (laïque) que j’ai du judaïsme. Le sionisme est un crime pour les Palestiniens, mais c’est aussi un suicide et une catastrophe pour les juifs.

Algérie News : Vous êtes citoyen français, quelle lecture faites-vous de la « couverture » de l’agression israélienne par les médias de l’Hexagone et la situation tragique qui en résulte dans la bande de Ghaza ?

Pierre Stambul : Les médias appartiennent à ceux qui les possèdent et évidemment ils donnent les informations que leurs maîtres veulent bien laisser filtrer. Je suppose que c’est pareil en Algérie. En plus, les Israéliens, juste avant leur attaque, ont expulsé Richard Falk, le représentant de l’ONU chargé des droits de l’homme et tous les journalistes. Ils voulaient tuer sans témoin.

Cela dit, les médias français n’ont pas pu cacher que samedi dernier, il y a eu plus de 300 000 manifestants dont 100 manifestations pour les victimes de Ghaza. Ce jour-là, les médias ont «découvert» l’UJPF qui a été plusieurs fois interviewée. Malgré tout, notre présence dérange et nous sommes assez systématiquement boycottés par les médias. Quelque part, cela les arrange de présenter cette guerre sous la forme «Les juifs contre les Arabes». Ça, c’est très dangereux.

En ce qui concerne les atrocités commises par l’armée israélienne, les médias n’arrivent plus à les masquer et on sent un basculement de l’opinion du côté des victimes.

Algérie News : Un important mouvement de solidarité avec le peuple palestinien s’est enclenché en France et dans le monde, est-ce le résultat simplement d’une légitime indignation mais aussi une prise de conscience de la nature véritable de l’establishment israélien qui s’est toujours présenté comme épris de paix face à un péril d’anéantissement fomenté par les Arabes ?

Pierre Stambul : Le sionisme a toujours prétendu que les juifs ont été, sont et seront des victimes. Les sionistes célèbrent la mémoire des 4 morts israéliens et se moquent des 1 000 morts et plus palestiniens. Mais on sent bien que l’opinion a basculé. Les Israéliens ont déjà perdu politiquement et idéologiquement cette guerre. Souhaitons qu’ils ne la gagnent pas militairement. Pendant des années, le mouvement de soutien à la Palestine n’arrivait pas à mobiliser au-delà d’un petit cercle de convaincus. La grande nouveauté en France, c’est que la population d’origine arabe, aussi bien les laïques que les religieux, est descendue massivement dans la rue pour exprimer sa colère et sa solidarité. Elle fait le lien entre la Palestine et les discriminations subies en France. Pour l’UJPF qui prône le «vivre ensemble» ici et là-bas et se bat (notamment avec les sans papiers) contre toutes les discriminations, c’est très important.

Algérie News : Dans ces conditions en ce 19e jour de la nouvelle page noire dans la tragédie du peuple palestinien, que faire maintenant et demain pour que l’espoir de la paix entre les deux peuples soit restauré ?

Pierre Stambul : On dit souvent que cette guerre est compliquée. Non ! Mais il faut en revenir au droit, rien qu’au droit. Il y a là-bas un occupant et un occupé, il faut mettre fin à l’occupation. Il y a un crime (la Naqba) qui a été commis il y a 60 ans. Il faut reconnaître le crime et le réparer. Toute paix doit passer par une égalité totale entre les deux peuples, égalité politique et économique. Le colonialisme est un crime, les colonies doivent être démantelées. Le peuple palestinien est un peuple de réfugiés. Le droit au retour de ces réfugiés a même été reconnu par Israël en 1949. Il doit être appliqué. Un Etat ou deux Etats ? Les négociateurs décideront. Dans l’immédiat, le blocus criminel de Ghaza doit cesser avec l’arrêt des combats. Les frontières doivent être ouvertes.

Algérie News : Un dernier mot ?

Pierre Stambul : La société israélienne est profondément malade. Elle n’est plus en état d’arrêter sa fuite en avant meurtrière. Il faut répondre à l’appel des ONG palestiniennes et des anticolonialistes israéliens. Ils réclament le BDS (boycott, désinvestissement, sanctions), c’est-à-dire l’isolement politique, économique, moral, culturel, sportif, scientifique d’Israël tant que durera l’occupation. Il faut s’inspirer de ce qui a été fait (avec succès) contre l’apartheid en Afrique du Sud. Et il faut inculper et juger les dirigeants israéliens pour crimes de guerre.

Entretien de Pierre Stambul réalisé par Abdelmadjid Kaouah
17 janvier 2009
Publié par UJPF.

Rédiger votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :